Quelque 477 diplômés issus de la 20ème promotion de l’Ecole normale supérieure (ENS), comprenant pour la première fois des Masters, baptisée Martial Rufin Moussavou, ministre des mines et de l’industrie, ont reçu mercredi, leurs parchemins de fin de formation.

Parmi les 477 diplômés, 296 sont titulaires des Masters professionnels dans les différentes disciplines d’enseignement général, et 48 dans les spécialités documentation et conseillers d’orientation.

Par ailleurs, 55 ont réussi au certificat d’aptitude pour l’enseignement secondaire (CAPES), contre 33 pour l’enseignement des collèges (CAPC).

Cette promotion a également enregistré 21 conseillers pédagogiques du pré-primaire et du primaire, ainsi que 24 inspecteurs pédagogiques du pré-primaire et du primaire.

Pour le directeur de l’ENS, Guy Martial Nkyé, le basculement au système Licence-Master-Doctorat (LMD), n’a pas éloigné cette école supérieure de ses missions régaliennes, mais n’a fait que renforcer la présence dans les programmes, des quatre composantes qui concourent à la formation d’un enseignant que sont, l’enseignement des disciplines, des didactiques de ces disciplines, la pédagogie ou plus généralement les sciences de l’éducation et les stages professionnels en milieu scolaire.

Le porte-parole des récipiendaires, Léonce Oswald Bignoumba Bignoumba major avec une moyenne de 16/20, a évoqué dans son allocution, les difficultés de structures d’accueil qui font défaut à l’ENS.

Ce dernier a également posé les questions de savoir où sont passés les textes qui régissent le système LMD à l’ENS, si la Fonction publique reconnait-il le diplôme de Master et qu’en est-il de la troisième lettre LMD qui le Doctorat, non sans exprimer avec vive émotion, leur satisfaction au ministre Rufin Martial Moussavou pour avoir accepté de parrainer cette 20ème promotion.
Le parrain par contre, a invité ses filleuls à se munir d’un certains nombre d’exigences que requiert un ingénieur pétrole qu’il est, à savoir, la connaissance, la compétence, la rigueur, la disponibilité, l’ouverture d’esprit, la mobilité entre autres.

« Le diplôme est certes important, mais il ne s’agit que d’un outil, et plus important est ce que l’on secrète avec l’outil », a-t-il prodigué, non sans recommander aux filleuls de garder un niveau d’écoute et de respect des autres.

Créée en 1971, l’ENS a connu ses premières réformes en 1993, lui conférant un statut postuniversitaire. L’introduction du système LMD au sein de cet établissement supérieur est intervenue au lendemain des états généraux de l’éducation de 2010, indique-t-on.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here