Les conseillers-membres du CNC, le 18 mars 2014 à l’issue de la passation des charges entre Guy-Bertrand Mapangou et Jean-François Ndongou. © Gabonreview

Le Conseil national de la communication a décidé, le 26 janvier dernier, de suspendre l’hebdomadaire La Griffe pour une durée d’un mois. Dans le même temps, il exige le retrait la chaine béninoise Sikka TV des bouquets des principaux distributeurs de chaînes numériques du pays.

Réuni en séance plénière le 26 janvier 2016 à Libreville, le Conseil national de la Communication (CNC) s’est penché sur les cas de l’hebdomadaire La Griffe et de la télévision béninoise Sikka TV. S’agissant de la télévision, propriété de l’homme d’affaires béninois Sébastien Adjavon, le collège des conseillers-membres du CNC s’est indigné des «propos discourtois et injurieux tenus par des journalistes béninois au cours de l’émission Angle de vue». Pour rappel deux journalistes béninois invités à une émission-débat, le 20 janvier dernier sur ladite chaîne, ont fait des déclarations qualifiés d’extrêmes par des proches du pouvoir et selon lesquelles Ali Bongo serait au service de son directeur de cabinet (Maixent Accrombessi, ndlr), et non l’inverse. «Face à cette situation le CNC demande à Canalsat, Satcon et TNT le retrait de cette chaîne de leurs bouquets», peut-on lire dans le communiqué ayant sanctionné la plénière du régulateur des médias au Gabon.

Autre point à l’ordre du jour de ces travaux : l’hebdomadaire satirique La Griffe, dont la publication du 15 janvier dernier a été vivement déplorée par le CNC. Notamment pour «la malveillance des propos de ce canard à l’endroit de Léon Paul Ngoulakia». «En le traitant de bâtard, de mythomane, La Griffe n’obéit à aucun principe du Code de la Communication inscrit en ces articles 26, 28 et 31», s’est indigné l’instance de régulation, qui a ainsi décidé de suspendre ce titre pour une durée d’un mois. Une sanction avertissement, serait-on tenté de dire. Car il faut dire que nombreux titres dits proches du pouvoir, dézinguent très souvent et à tout-va des membres de l’opposition, sans pour autant être inquiétés de quelque manière que ce soit. D’aucuns estiment donc cet que la décision du CNC est plus que salutaire, dans un contexte aux enjeux politiques cruciaux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here