Le conseil des avocats de Serge Maurice Mabiala, le 2 octobre 2015. © Gabonreview

La mise en liberté de Serge Maurice Mabiala pourrait conforter la position actuelle d’Alexandre Barro Chambrier et ses proches d’Héritage et Modernité au sein du Parti Démocratique Gabonais.
Accusé de détournement de fonds publics, l’ancien Directeur de Cabinet d’Ali Bongo Ondimba est sorti de prison lundi soir, sans aucun procès. Soutenu par ses amis du courant d’idées Héritage et Modernité du PDG, il clamait son innocence à travers les journaux, depuis le fond de sa cellule. Lors de leur dernière sortie à la chambre de commerce de Libreville, ses meilleurs camarades du Parti Démocratique Gabonais avaient menacé d’entreprendre de nouvelles actions en cas de non libération, puisque selon eux, les accusations étaient fallacieuses et considéraient cette détention comme un abus de pouvoir.

Héritage et Modernité, des membres de la société civile, ainsi que la chaîne de télévision TV+ avaient maintenu une pression sur l’État. Chaque soir, après le journal, ce média rappelait le nombre de jours de détention de Serge Maurice Mabiala. Il est possible que le Tribunal ait cédé sous la contrainte des différentes actions menées pour la mise en liberté de l’ancien ministre, vu que le dossier était vide, le détenu aurait pu rapidement recouvrir sa liberté.

Au sein du PDG, le parti présidentiel, Héritage et Modernité accuse les décideurs de mauvaise gestion depuis juin 2015. Serge Maurice Mabiala, membre dudit courant d’idées, est arrêté sans mandat, le 17 septembre de la même année. Ses amis le considéraient alors comme un prisonnier politique. Cette libération pourrait permettre à ses amis et à lui d’amplifier leur ton au sein de leur parti afin de donner à celui-ci de nouvelles orientations démocratiques.

Georges-Maixent Ntoutoume

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here