Les agents du secteur de la santé et de la prévoyance sociale, regroupés au sein de six centrales syndicales ont suspendu, mercredi, leur mouvement de grève lancé il y a plus d’un mois après avoir obtenu du gouvernement l’engagement de payer en avril prochain, la Prime d’incitation à la performance (PIP).

S’exprimant à l’issue d’une assemblée générale au Centre hospitalier universitaire de Libreville (CHUL), le secrétaire général de l’Union des personnels de santé et assimilés (UPSA), Joël Ondo Ella a déclaré que « sur les six points de revendication qui nous ont conduit en grève, le gouvernement a acté un certains nombres d’engagement ».

Précisant qu’il était important d’obtenir la caution de la base qui a été satisfaite de ces avancées significatives, pour procéder à la suspension du mouvement de grève.

Le gouvernement a lors de la rencontre de mercredi, marqué son accord pour le paiement de la Prime d’incitation à la performance (PIP) au mois d’avril 2016. Il a également confirmé sa ferme volonté à liquider la dette relative aux rappels des soldes à la suite de l’amélioration de la conjoncture économique.

Suite à la revalorisation des salaires dans la fonction publique gabonaise intervenue en juillet dernier, la PIP a été supprimée. Seule dernière tranche du 2ème trimestre 2015 devrait être payée, indique-t-on.

S’agissant de la formation et du concours professionnel, le gouvernement a marqué son accord sur l’organisation desdits concours le 28 avril prochain et, invite l’administration sanitaire et sociale à fournir toutes les données nécessaire à la tenue de ces différents concours.

Une commission administration-coalition des syndicats est mise en place pour examiner les conditionnalités de participation auxdits concours.

Toutefois, les restrictions budgétaires ne permettent pas l’ouverture des écoles de santé de Makokou et de Mouila, a indiqué le gouvernement.

Par contre, il invite les dirigeants de l’Institut nationale de formation et d’action sociale et sanitaire (INFASS), de poursuivre la rédaction des curricula de formation des filières non ouvertes jusqu’à présent, en prévision de la tenue prochaine d’un concours d’entrée dans cet institut.

Concernant l’hôpital psychiatrique de Melen, le gouvernement a procédé, selon les syndicalistes, au paiement de l’entreprise chargée d’exécuter les travaux qui ont effectivement démarré.

A propos de la gestion de la main d’œuvre non permanente, une commission a été mise en place au ministère de la Fonction publique pour élaborer un nouveau cadre juridique sur la question.

Par ailleurs, il a été recommandé à la tutelle de mettre en place un cadre formel de négociation en interne, en vue du maintien d’un climat social apaisé au sein du département ministériel.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here