Ali Bongo annonce que six Franco-Gabonais incarcérés après les troubles passeront en jugement

Le président contesté l’a annoncé mercredi dans une série de tweets. Il a rappelé que ces personnes sont gabonaises et a déclaré qu’elle seraient « jugés au Gabon ».

Six Franco-Gabonais ont été arrêtés lors des heurts qui ont suivi la proclamation de la victoire contestée d’Ali Bongo à la présidentielle du 27 août au Gabon. Ces bi-nationaux seront jugés au Gabon, a déclaré Ali Bongo dans une série de tweets, mercredi 7 septembre.

Selon le fils et successeur d’Omar Bongo, dont la famille est à la tête du pays depuis plus de 48 ans, ces suspects ont été arrêtés parmi des « casseurs » et des « pilleurs ». « Ces personnes se sont rendues coupables de méfaits sur le territoire gabonais, ils sont Gabonais et seront donc jugés au Gabon », écrit-il sur Twitter.

La France évalue à une quinzaine le nombre de ses ressortissants dont elle est sans nouvelles. Manuel Valls a demandé mardi au Gabon que « tout soit fait » pour les retrouver.

Deux Franco-Gabonnais libérés hier

Mardi midi, deux frères franco-gabonais, arrêtés depuis cinq jours, ont comparu à Libreville, la capitale du pays. Le président du tribunal les a libérés après un rappel à la loi. Bien que la France demande la protection consulaire pour ses ressortissants, leur mère, une Française directrice d’école au Gabon, assure qu’ils ont été détenus dans des conditions humiliantes.

De son côté, l’Etat gabonais rappelle que la loi s’impose pour tous sur son territoire, y compris aux binationaux.

L’opposition réclame toujours un nouveau comptage des voix

Les opposants d’Ali Bongo, soutiens de Jean Ping, demandent à recompter les voix bureau de vote par bureau de vote dans l’une des neuf provinces du Gabon, le Haut-Ogooué, fief de la famille Bongo où le président a obtenu plus de 95% des voix avec une participation de 99%, lui permettant de remporter la présidentielle d’une courte tête.

Alors que l’opposition, mais aussi la France, réclame un nouveau comptage des résultats, Ali Bongo a de nouveau invité son rival Jean Ping à se tourner vers la Cour constitutionnelle, mettant en avant la loi électorale gabonaise, sur RFI. Or, une grande partie des opposants ne fait aucune confiance à la Cour constitutionnelle qui a quinze jours pour trancher, estimant que sa présidente est trop proche du pouvoir.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Coronavirus au Gabon : point journalier du 29 juillet 2020

Gabon Matin vous livre le point journalier du Comité de pilotage du plan de veille et de riposte contre l’épidémie à Coronavirus au Gabon...

Covid-19 : quand les chiffres alarment un peu

Il est difficile de ne pas ciller lorsque les autorités sanitaires déclarent qu'une seconde vague de l'épidémie n'est qu'une vue de l'esprit. La première...

Réouverture des espaces clos : s’entourer de tous les garde-fous

La crainte d'une nouvelle flambée épidémique, à la suite de la levée, le 30 juin dernier, des restrictions dans notre pays semble lentement se...

Ossouka Raponda face au soutien de sa communauté ethnique : La République au village

N’en déplaise aux porte-parole autoproclamés des Mpongwè, le Premier ministre n’est pas choisi au sein d’une communauté ethnique. Il est choisi au sein de...

Majorité : vers la révision de la charte ?

Le dialogue fait partie du triptyque du Parti démocratique gabonais (PDG), "Dialogue-Tolérance-Paix". La hiérarchie de cette formation politique y tient absolument, en ce sens...

Covid-19 : Pas de seconde vague de contamination au Gabon

Cumulant encore sa fonction de porte-parole du Comité de pilotage du plan de riposte contre le Covid-19 (Copil) avec celui du ministre de la...

Suivez-nous!

1,338FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Coronavirus au Gabon : point journalier du 29 juillet 2020

Gabon Matin vous livre le point journalier du Comité de pilotage du plan de veille et de riposte contre l’épidémie à Coronavirus au Gabon...

Covid-19 : quand les chiffres alarment un peu

Il est difficile de ne pas ciller lorsque les autorités sanitaires déclarent qu'une seconde vague de l'épidémie n'est qu'une vue de l'esprit. La première...

Réouverture des espaces clos : s’entourer de tous les garde-fous

La crainte d'une nouvelle flambée épidémique, à la suite de la levée, le 30 juin dernier, des restrictions dans notre pays semble lentement se...

Ossouka Raponda face au soutien de sa communauté ethnique : La République au village

N’en déplaise aux porte-parole autoproclamés des Mpongwè, le Premier ministre n’est pas choisi au sein d’une communauté ethnique. Il est choisi au sein de...

Majorité : vers la révision de la charte ?

Le dialogue fait partie du triptyque du Parti démocratique gabonais (PDG), "Dialogue-Tolérance-Paix". La hiérarchie de cette formation politique y tient absolument, en ce sens...