Le bâtiment de la Radio et Télévision nationale gabonaise, le 16 juin 2017 à Libreville afp.com/STEVE JORDAN

L’annonce est du ministre d’Etat, ministre de la Communication, Alain-Claude Bilie By Nze au terme d’une rencontre mardi dernier avec les câblo-distributeurs.

«A compter de la fin du mois de septembre, la redevance audiovisuelle sera récoltée et reversée à l’Etat», a déclaré le ministre d’Etat en charge de la Communication. Alain-Claude Bilié By Nze s’exprimait ainsi mardi au cours d’une rencontre avec les opérateurs économiques du secteur de la câblo-distribution en activité au Gabon.

Conformément au nouveau Code de la communication, ces derniers devront prélever pour le compte de l’Etat cette taxe auprès des ménages recevant leur signal. D’un montant oscillant entre 1 000 et 1 500 francs CFA, cette manne servira au développement des contenus des médias publics en permanence critiqués par le public.

«S’agissant de la redevance audiovisuelle, les opérateurs qui ne la paieraient pas s’exposent à plusieurs risques, allant de 10% de ce qui est dû pendant les trois premiers mois», a-t-il prévenu.

Gabon 24, la chaîne d’information en continu, Gabon télévision, la chaîne généraliste, Gabon nature culture, opérationnelle dès janvier 2018, et tout récemment Kanel 7, constituent le groupe Gabon Télévision qui bénéficiait jusque-là d’une subvention annuelle de 1,5 milliard de francs CFA. Un montant jugé dérisoire pour son bon fonctionnement.

Alain-Claude Bilie By Nze a également invité ses hôtes à se procurer impérativement de l’agrément technique, une sorte d’autorisation délivrée aux entreprises du secteur visant à combattre l’anarchie. Le «non-respect entraine des sanctions», a averti le ministre de la Communication.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here