Patience Dabany, dit la « Mama »

Menacée de poursuite judiciaire par l’ex-épouse d’Omar Bongo, la chaîne du groupe Canal+ n’a plus diffusé l’épisode de la série documentaire Despot Housewives qui lui était consacré.

S’ils avaient déjà été déçus de ne pas l’avoir vue dans les deux premiers épisodes de la série documentaire diffusée le 21 septembre dernier sur Planète+, les téléspectateurs gabonais l’ont davantage été le 28 septembre. L’épisode consacré à Patience Dabany que nombre d’entre eux attendaient n’a pas été diffusé. Il a été «déprogrammé», d’après la radio BBC Afrique.

La décision de la chaîne du groupe Canal+ aurait été prise «à la dernière minute». Mais surtout en raison de la menace de l’ex-épouse d’Omar Bongo de poursuivre en justice Planète+ si l’épisode lui étant consacré était diffusé. Première Dame du Gabon entre 1967 et 1987, Patience Dabany aura également marqué de sa présence le premier mandat de son fils Ali Bongo. Nul doute que son portrait aurait été peu flatteur. De même que d’autres femmes de présidents, à l’instar de mesdames Noriega au Panama et Chavez au Vénézuela, elle est considérée comme un des principaux piliers du régime dans son pays depuis 50 ans.

Si le documentaire sur la mère d’Ali Bongo aurait permis de mieux la connaître, d’en découvrir les frasques et de comprendre son influence sur le régime en place au Gabon, Joël Soler, le réalisateur du documentaire, a exprimé son étonnement à l’Agence France presse (AFP). D’autant plus que la chaîne avait accepté la diffusion de la série documentaire de trois épisodes («Les impétueuses», «Les maudites» et «Les Matriarches») qui s’est faite avec le consentement de chacune des protagonistes.

«Elles ont toutes dit non d’abord. A force de persévérance, «non» n’est pas une réponse acceptable et je crois que ce qui les a séduites c’est que pour la première fois on ne venait pas pour parler de leur mari, tortionnaires, criminels, mais pour la première fois on venait parler d’elles. Je leur ai proposé au début de seulement parler d’elles. Quelque part, c’est leur égo qui a été frappé et c’est comme cela qu’elles m’ont ouvert leur porte», a expliqué Joël Soler à Franceinfo.

Patience Dabany, après avoir donné son accord, aurait-elle finalement craint que la diffusion de l’épisode qui lui est consacré n’entache sa réputation ? Que cherche à cacher l’ex-première Dame du Gabon ? N’assume-t-elle plus sa place et son statut au sein du pouvoir ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here