Abaissée à « B » et classée dans la catégorie spéculative, la notation de la dette du Gabon par l’agence de notation Fitch Rating ne fait pas l’unanimité. Selon un analyste, « cette décision parait discutable ».

L’existence d’importants arriérés domestiques et extérieurs, le risque éventuel que le déboursement de la deuxième tranche des fonds garantis par le Fonds monétaire international (FMI), au titre du programme conclu en 2017 pour restructurer l’économie ont influencé négativement les spéculations de Fitch Ratings sur la notation de la dette du Gabon. De « B+ » à « B », les perspectives de la dette souveraine du Gabon sont à terme négatives. Si le déclin du secteur pétrolier persiste, la croissance ne devrait suivre la même trajectoire et ne pas dépasser 0,8% cette année.

Pour un analyste, cette notation dont l’évaluation remonte à septembre dernier est trop hâtive. Des réformes ont été adoptées et sont en cours de matérialisation pour relancer l’économie. C’est le cas du Plan de relance économique (PRE) dont de nombreux partenaires internationaux à l’exemple du FMI ou de la Banque africaine de développement (BAD) salut l’existence. « L’agence aurai pu attendre la fin de l’année 2017 pour voir si le Gabon ne respectait pas ses engagements », explique l’analyste. Quant aux tensions de trésoreries résiduelles, elles sont dues principalement au calendrier de déboursements des bailleurs multilatéraux, concentrés en décembre, pour un montant total estimé à près de 750 millions de dollars.

En conséquence, soutient l’analyste, « la dégradation de la notation souveraine du Gabon ne reflète pas l’évolution de l’économie du pays et les efforts d’accélération des réformes structurelles saluées par le FMI et la Banque mondiale ». Et ce dernier de rajouter, « la forte demande des investisseurs internationaux pour l’émission gabonaise d’août 2017 à des conditions favorables est une parfaite illustration de la confiance de la communauté internationale dans les réformes entreprises par le Gabon ».

Michaël Moukouangui Moukala

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here