Un taxi dans la ville d'Oyem, province du Woleu-Ntem

Dire que le Woleu-Ntem vient d’administrer une leçon de démocratie au sein du Parti démocratique gabonais qui y tenait son Conseil provincial serait un euphémisme. Les empoignades et autres dérapages annoncés par une certaine opinion n’ont pas eu lieu.

Les militantes et militants des cinq départements ont, en toute responsabilité, fait preuve de retenue et de maturité politique.

Initialement prévu pour durer deux jours, il en a fallu trois aux Pdgistes woleuntemois pour aboutir aux conclusions jugées enrichissantes de leurs assises. Après les travaux en commissions qui ont connu une forte participation, l’étape tant attendue du vote des nouveaux responsables politiques de la province a été lancée.

Alors que tout le monde craignait le pire, ces élections, bien qu’ayant duré toute la nuit de dimanche et une bonne partie de la journée du lundi, se sont déroulées dans le calme et la transparence. Nonobstant quelques contestations, l’ensemble des postes en jeu ont pu être pourvus. Il s’agit des membres du Bureau politique, du Conseil national et ceux du Comité central.

Des “moments extraordinaires”, selon la présidente du Conseil provincial, Marie-Françoise Dikoumba, qui n’a pas manqué de saluer « le haut niveau de militantisme, de responsabilité et d’abnégation dont ont fait preuve les camarades ayant pris part à ces assises ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here