Une jeune femme se protège de gaz lacrymogène, lors d'une manifestation de partisans de Jean Ping, à Libreville (Gabon), le 31 août 2016 afp.com/MARCO LONGAR

La police gabonaise a dispersé une manifestation organisée par les partisans de l’opposant Jean Ping samedi à Libreville.
Des dizaines de policiers anti-émeutes ont utilisé du gaz lacrymogène pour disperser environ 500 personnes qui venaient d’assister à l’un des rares meeting de Jean Ping depuis sa défaite à la présidentielle de 2016 face à Ali Bongo Ondimba, qu’il ne reconnaît pas.

La police a également procédé à quelques arrestations.

“Quand la concertation est bloquée, il ne reste plus que la confrontation. Nous y sommes”, a déclaré lors de son meeting M. Ping qui se proclame toujours “président élu” du Gabon.

La marche des partisans de M. Ping, improvisée après le meeting et à laquelle il n’a pas participé, était la première manifestation de relative importance depuis l’absence le 24 octobre du président Ali Bongo qui a été victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC) alors qu’il se trouvait en Arabie saoudite.

Après plus d’un mois d’hospitalisation à Ryad, il a été transféré à Rabat où il poursuit sa convalescence et sa rééducation.

En dépit de l’absence du chef de l’Etat, l’opposition gabonaise divisée n’est pas parvenue à tirer profit de la situation et à mobiliser ses partisans. Plusieurs petits rassemblements, interdits par le pouvoir, avaient également été dispersés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here