Jacques Chirac s'est éteint ce jeudi 26 septembre à l'âge de 86 ans
Jacques Chirac s'est éteint ce jeudi 26 septembre à l'âge de 86 ans

Le président Jacques Chirac s’est éteint ce jeudi 26 septembre à l’âge de 86 ans, “paisiblement” et “au milieu des siens”, a annoncé son gendre Frédéric Salat-Baroux.

Le président Jacques Chirac s’est éteint ce jeudi matin “au milieu des siens. Paisiblement”. C’est son gendre, Frédéric Salat-Baroux qui l’a annoncé à l’AFP. Les rumeurs sur son état de santé étaient nombreuses ces derniers jours.

On imagine de la part de l’Élysée une déclaration d’Emmanuel Macron qui est en train de rentrer de New York où il était à l’Assemblée Générale de l’ONU. Il a été visiblement informé de l’évolution de l’état de santé de l’ancien président de la République. C’est Claude Chirac, la fille de Jacques Chirac, qui était en contact avec Emmanuel Macron et qui devait aussi annoncer au président actuel l’état de santé de son père.

C’est un président de la République qui était affaibli par une maladie neurodégénérative depuis des années. Cela faisait cinq ans qu’il n’était pas apparu en public, depuis 2014, pour la remise annuelle du prix de sa fondation. En 2011, son neurologue a diagnostiqué une anosognosie. On a évoqué aussi une maladie d’Alzheimer ce que son épouse Bernadette Chirac a toujours démenti.

Un personnage marquant pour les Français

Dans les faits, Jacques Chirac reconnaissait très peu de personne et semblait un peu isolé. Il voyait quelques rares politiques : François Baroin, Christian Jacob. Mais le cercle s’était vraiment réduit, notamment à la demande de sa fille Claude qui ne voulait pas que se répandent dans Paris des rumeurs injustifiées sur son état de santé.

Jacques Chirac était “assez méfiant vis à vis des journalistes”, se souvient PPDA sur RTL

Jacques Chirac était un personnage marquant pour les Français. Il a eu une très longue carrière politique. Il a été élu conseiller municipal en Corrèze en 1965, député de Corrèze en 1967 puis conseiller général à nouveau. Il a été secrétaire d’État à l’économie et aux finances en 1968 et 1971 puis ministre en 1971, en 1974, ministre de l’Agriculture, secrétaire général de l’UDR. Enfin, la consécration c’est en 1974 : Premier ministre de Valéry-Giscard d’Estaing. Cela va durer deux ans mais il vient très vite en désaccord avec le président et présente sa démission de son gouvernement dans un éclat médiatique très fort. Il fonde ensuite le RPR.

Et puis, nouvelle importante date dans sa vie : en 1977, il est élu maire de Paris. Réélu en 1983 et 1989, il gagne tous les arrondissements. Il reste 18 ans à la tête de la capitale. C’est la victoire de la droite aussi aux élections législatives de 1978 et puis en 1981, bien évidemment, il va se présenter à l’élection présidentielle. Il est devancé au premier tour par Giscard, auquel il finit par apporter son soutien mais du bout des lèvres. Et il y aura deux défaites à l’élection présidentielle en 1981 et 1988.

Président le plus populaire de la Vème

En 1995, enfin, la consécration, il est élu président de la République. Il sera réélu en 2002 face à Jean-Marie Le Pen. Il brigue un second quinquennat puisque le septennat a disparu. Il fait un quinquennat dont on dit qu’il sera compliqué pour lui de le gérer à cause de sa maladie qui se déclare en 2005. Et il se retire en 2007 après 12 ans en tant que président. Il laisse la place à Nicolas Sarkozy dont on savait que ce n’était pas vraiment son fils spirituel. Et, depuis, on ne l’a pas beaucoup vu à part à des événements publics concernant sa fondation. Et on se souvient quand même qu’il avait dit un petit mot pour François Hollande, “Je voterai François Hollande”. Certains avaient dit que ce n’était pas un mot conscient, dans tous les cas il l’avait dit et ça a marqué.

C’était un homme qu’on disait proche des gens, qui aimait serrer des mains. C’était un homme du terroir, un homme du terrain. Et c’est ce qui a fait la différence avec des hommes plus jeunes comme Nicolas Sarkozy ou Emmanuel Macron aujourd’hui. Aujourd’hui, c’est le président de la République le plus populaire de la Vème, mais ce ne fut pas toujours le cas.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here