Brice Laccruche Alihanga
Brice Laccruche Alihanga. L’Ajev s’était éclipsée ces derniers temps, laissant les feux de la rampe à ses excroissances politiques – Rassemblement pour la restauration des valeurs (RV) et les Sociaux-démocrates gabonais (SDG). Mais l’argent détourné viendra forcément à manquer qui permettaient de rabattre des figurants et acheter des voix.

Pour ne pas cautionner des règlements de comptes, l’opinion ne doit ni céder à l’émotion ni sombrer dans l’amnésie. Durant les élections couplées d’octobre 2018, l’Association des jeunes émergents volontaires (Ajev) s’est illustrée par une prodigalité hors pair, finançant de nombreux candidats et lançant deux partis-écrans.

L’Association des jeunes émergents volontaires (Ajev) au banc des accusés. Jadis présentée comme un regroupement d’énergies novatrices, elle est maintenant décrite comme une coterie mafieuse. Flétrissant l’arrogance et la cupidité de ses membres, une partie de l’opinion y va de son couplet, laissant le sentiment de croire en une volonté de lutter contre la «corruption et blanchiment de grande envergure». Pourtant, en se remémorant l’opération Mamba ou le «kévagate», chacun peut se faire sa propre idée. Chacun peut se souvenir de la traque lancée contre les proches de Maixent Accrombessi ou du rôle peu honorable de la justice. Sans naïveté ni mauvaise foi, chacun peut parvenir à un constat : sous le règne d’Ali Bongo, la chute d’un directeur de cabinet entraîne toujours une mise au ban de ses protégés.

Justice-spectacle et justice à la carte

En affirmant ne pas vouloir «laisser des actes répréhensibles se perpétuer», en conditionnant la réussite de l’opération en cours à leur «capacité collective à (…) mettre fin (à certaines pratiques)», le Premier ministre l’a quelque peu avoué : la corruption est une des principales caractéristiques du régime. A chaque interpellation de personnalité en vue, à chaque intervention du procureur de la République contre des barons du système, la circonspection doit être de mise. L’odeur du sang ne doit pas déclencher des vivats. Pour ne pas cautionner des règlements de comptes à l’ombre des lois et avec les couleurs de la justice, l’opinion ne doit ni céder à l’émotion ni sombrer dans l’amnésie. Autrement, elle se laisserait manipuler, la justice-spectacle et la justice à la carte n’étant nullement des gages de moralisation.

En démocratie, la lutte contre la corruption ramène à une remise en cause de certaines pratiques politiques ou administratives. Au Gabon, cette mission est de la compétence d’institutions bien connues : Cour des comptes, Commission nationale de lutte contre l’enrichissement illicite (CNLCEI), Agence nationale d’investigation financière (Anif)… Quel est leur rôle dans l’opération en cours ? Pour ne pas se rendre complice d’un simplisme mystificateur, chacun doit s’interroger. Et pour cause : si la nébuleuse Ajev a bel et bien siphonné les finances publiques, son démantèlement ne saurait être l’affaire de la direction générale de la Contre-ingérence et de la sécurité militaire (DCIGSM) ou de la direction générale des Recherches, l’une et l’autre n’ayant pas les compétences pour éplucher les comptes d’une entreprise.

De dispendieuses campagnes électorales

S’il entend lutter contre la corruption, le régime doit s’appuyer sur la Cour des comptes. En toute transparence, il doit commanditer des audits. Mieux, il ne peut limiter les missions de contrôle aux seules structures tenues par des membres de l’Ajev. Il doit les étendre à l’ensemble des établissements publics et sociétés à participation publique. Autrement, chacun sera fonder à voir dans la vague d’interpellations en cours une basse opération politicienne, l’Ajev ayant notoirement cherché à prendre le contrôle de l’appareil d’Etat. Même si elle relève d’abord de l’éthique individuelle, la corruption se nourrit des pratiques du régime en place. De ce point de vue, la moralisation de la vie publique passe par un changement en profondeur des méthodes en vigueur depuis plus d’un demi-siècle.

Durant les deux dernières années, les «imberbes» de l’Ajev ont bénéficié de toutes les protections. En dépit de leurs errements, le régime les a soutenus, portés à bout de bras. Malgré les dénonciations de la presse, il leur a confié des responsabilités toujours plus grandes. S’ils en ont profité pour étaler des trains de vie ostentatoires, ils se sont fortement impliqués dans la vie politique. Lors des élections couplées d’octobre 2018, la plupart d’entre eux se sont illustrés par une prodigalité hors pair. Sous les applaudissements du Parti démocratique gabonais (PDG), ils ont mené de dispendieuses campagnes électorales. Sous le regard approbateur du cabinet présidentiel, ils ont financé de nombreux candidats, lancé deux partis-écrans : le Rassemblement pour la restauration des valeurs (RV) et les Sociaux-démocrates gabonais (SDG). Bien entendu, personne ne leur demandait d’où sortait tout cet argent. Or, cet activisme politique a été pour beaucoup dans leurs excentricités. Vu sous cet angle, le régime ne peut s’absoudre de toute responsabilité. Bien au contraire. Pour lui, leur déchéance collective a des allures d’aveu de complicité, des airs de mea culpa.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here