Ike Ngouoni Aila Oyouomi
Ike Ngouoni Aila Oyouomi

Le porte-parole de la présidence gabonaise et conseiller politique d’Ali Bongo, Ike Ngouoni Aila Oyouomi, a été interpellé ce 21 novembre par la Direction générale des services spéciaux (DGSS). Il serait entendu sur les mêmes faits reprochés à ses prédécesseurs interpellés la semaine écoulée.

Au Gabon, la traque lancée il y a une semaine contre les «nouveaux barrons» du système se poursuit. Après les interpellations de Renaud Allogho Akoué, Ismaël Ondias Souna et d’autres cadres qui ont défrayé la chronique, ce 21 novembre c’est Ike Ngouoni Aila Oyouomi qui est interpellé. Selon des informations rendues publiques par le magazine Jeune Afrique, «c’est sur les coups de 11 h 45», qu’Ike Ngouoni Aila Oyouomi, «a été interpellé par des éléments de la Direction générale des services spéciaux (DGSS), comme l’a confirmé son avocat à Jeune Afrique».

Les raisons de cette interpellation ne sont pas encore connues, mais selon certaines indiscrétions, il serait à son tour entendu dans le cadre des investigations portant «sur des soupçons de corruption et de blanchiment de grande envergure pouvant impliquer des agents publics et des sociétés privées», comme l’a indiqué, le 18 novembre, le procureur de la République, Olivier N’Zahou.

Le patron de la Communication présidentielle et porte-parole de la Présidence de la République avait pourtant pris du galon, lors du Conseil des ministres du 7 novembre, en héritant d’une autre échelle de responsabilité : celle de conseiller politique d’Ali Bongo. Certaines indiscrétions assurent que plus d’une vingtaine de personnes sont dans les mailles de la justice dans le cadre de cette opération déclenchée peu après le limogeage de l’ex-directeur du cabinet d’Ali Bongo, Brice Laccruche Alihanga, mentor de Ike Ngouoni Aila Oyouomi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here