Boulevard de l'Indépendance à Libreville au Gabon, janvier 2017. (VOA/Timothée Donangmaye)

Le Syndicat national des agents de la Direction générale de la dette (SynaDGD) a décidé, le 2 décembre, de suspendre son mouvement d’humeur entamé le 14 septembre. Une décision motivée par le début des négociations autour des points de revendications des agents.

Une semaine après la Confédération des syndicats des régies financières (Cosyref), le Syndicat national des agents de la Direction générale de la dette (SynaDGD) a décidé, le 2 décembre, de suspendre son mouvement d’humeur entamé le 14 novembre.

Les agents de la Direction générale de la dette (DGD) réclamaient essentiellement la régularisation des situations administratives, le reclassement de la Dette au groupe des collecteurs et l’amélioration des conditions de travail. L’avancement dans le traitement de ces revendications a décidé le syndicat à casser son mouvement.

«Le président de la République, informé de cette situation, a donné instruction pour que des solutions urgentes soient trouvées. Si le 3e point a connu un début de solution, par l’intervention du directeur général du Budget, les autres points sont en discussions», a souligné le secrétaire général du SynaDGD. «Le bilan d’étape de ces négociations se fera en janvier 2020», a indiqué Michel Ngoua Ntoutoumou.

À la lumière de tous ces faits, le leader du SynaDGD a annoncé la suspension du mouvement d’humeur. «Nous demandons à tous les agents de reprendre leur travail, aux heures habituelles et réglementaires», a conclu Michel Ngoua Ntoutoumou. La DGD assure la mise en œuvre de la politique d’endettement de l’État et la gestion active de la dette publique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here