Suicide manqué de Brice Laccruche en prison : Du flou gaussien et des questions

Brice Laccruche Alihanga aurait tenté de suicider le 21 mai à la prison centrale de Libreville où il détenu depuis décembre 2019 pour détournements de fonds publics. Si le ministère de la Justice affirme lui avoir fait passer un examen psychologique et qu’il serait en possession de toutes ses facultés, l’affaire n’est pas moins entourée de flou et suscite des interrogations. D’autant plus que Ange Kevin Nzigou, son conseil, affirme avoir été interdit d’accéder à son client en dépit de la gravité de la situation.

Fortement relayé sur les réseaux, le suicide tenté par Brice Laccruche Alihanga le 21 mai la prison centrale de Libreville où il détenu depuis 5 mois pour détournements de fonds publics, a été confirmée par les autorités judiciaires. Selon un communiqué du ministère de la Justice publié le 22 mai, l’ancien directeur de cabinet d’Ali Bongo a été «découvert allongé avec plusieurs entailles le long des deux avants bras au moment de la ronde des agents chargés de la surveillance des détenus aux alentours de 6 h 30 minutes».

Si la précédente ronde, effectuée deux heures, avant n’avait permis de noter aucune anomalie, le Garde des sceaux révèle qu’il a «été retrouvé à ses côtés, une boîte de conserve faisant partie du stock alimentaire qu’il gardait dans sa cellule, dont le couvercle avait été retiré pour cet acte. Il était parfaitement conscient et pouvait s’exprimer sans difficulté».

Sitôt découvert, Brice Laccruche a été «transféré à l’infirmerie pour y recevoir un traitement médical approfondi (nettoyage, désinfection, suturation des plaies et sérum antitétanique). Un repas lui a ensuite été servi», précise le communiqué.

A en croire le Garde des sceaux, Brice Laccruche a également «fait l’objet d’un examen psychologique qui le déclare en pleine possession de ses facultés mentales. Interrogé sur les faits, il a reconnu s’être volontairement entaillé les bras pour des motifs qui restent à élucider et a par ailleurs demandé que sa famille n’en sache rien. Les objets potentiellement dangereux ont donc été retirés de sa cellule. Il est désormais sous le coup d’une plus grande surveillance».

Au-delà du communiqué du Garde des sceaux et de sa version sommaire des faits, l’affaire suscite des interrogations : comment en est-on arrivé jusque-là ? Brice Laccruche en a-t-il eu marre de ses conditions de détentions à «Sans-Famille» ? Bien malin qui pourra répondre à ces ses interrogations.

Fin mars dernier, maitre Ange Kevin Nzigou, son conseil, avait de tiré la sonnette d’alarme sur ses conditions carcérales. L’avocat indiquait que «l’ancien directeur de cabinet du président de la République est davantage brimé en prison, en ce qu’il a été placé dans une cellule encore plus exiguë, non éclairée dans laquelle il est privé de tout, même de la Bible».

Joint à nouveau par Gabonreview, l’avocat a été droit dans ses bottes, non sans exprimer son dépit. «Nous ne savons rien de ce qu’il s’est réellement passé. Nous avons tous été informés par les réseaux sociaux. Je me suis rendu à la prison centrale pour m’enquérir de la situation, je n’ai pas eu accès à mon client. Le directeur de la prison m’a juste dit qu’il va bien et que je ne pouvais pas le voir», a regretté Ange Kevin Nzigou. Poursuivant, l’avocat a fustigé le flou entretenu par l’administration pénitentiaire autour d’une situation qu’il juge d’une «d’extrême gravité».

«Je suis dépité. Dans un pays normal, lorsqu’une situation d’une telle gravité se pose, on convoque les parents du détenu ou ses conseils. Mais cela n’a pas été fait. Vous comprenez que nous ne pouvons rien. Vu que nous n’avons aucun élément en notre possession pour mener une quelconque démarche», a déploré Me Nzigou, avant de poursuivre : «nous pensons que si la tentative de suicide a émané de mon client, cela a un rapport avec ses conditions de détention inhumaines. Je ne crois pas aux déclarations du ministère de la Justice. La situation est plus grave qu’on ne croit. Mon client est détenu depuis plusieurs mois dans des conditions indescriptibles sans rien, même pas de quoi lire. Comment peut-on traiter un humain de cette façon ?».

Détenu à «Sans-Famille» (nom populaire du pénitencier de Libreville), depuis cinq mois, Brice Laccruche Alihanga est poursuivi pour détournement des fonds publics, blanchiment des capitaux en bande organisée et concussion. Les mêmes chefs d’accusation pèsent sur son frère cadet Gregory Laccruche Alihanga, ancien maire d’Akanda. D’autres compagnons de l’ancien directeur de cabinet d’Ali Bongo sont sous le même coup d’accusation, notamment des anciens membres du gouvernement tels que Tony Ondo Mba(ex-ministre de l’Energie) et Justin Ndoundangoye (ex-ministre des Travaux publics.)

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Maduro donne 72 heures à l’ambassadrice de l’UE pour quitter le Venezuela

e président Nicolas Maduro a donné lundi 72 heures à la cheffe de la délégation de l'Union européenne à Caracas pour quitter le Venezuela,...

Le Gabon annonce ce mardi des nouvelles mesures de déconfinement

Le Porte-parole du comité national de lutte contre le Coronavirus au Gabon (COPIL), Dr Guy Patrick Obiang Ndong, a indiqué lundi lors du traditionnel...

Diffusion plus lente, mortalité bien plus faible, en Afrique, le coronavirus joue une partition singulière

La jeunesse de la population, les modes de vie et le faible taux de pathologies aggravantes devraient protéger le continent d’une montée en flèche...

Covid-19 : 5 provinces pour plus de 100 nouveaux cas journaliers

Après avoir franchi la barre des 5 000 cas le jeudi 25 juin dernier au Gabon, les chiffres de contamination au Covid-19 poursuivent leur évolution,...

Covid-19 : L’espace Schengen fermé aux ressortissants gabonais

Après un vote le 29 juin 2020, les frontières extérieures de l’espace Schengen vont être rouvertes dès le 1er juillet 2020 à quelques pays,...

Lisbonne se reconfine face au retour de l’épidémie de coronavirus

Après une poussée de nouveaux cas, le gouvernement portugais appelle les habitants de certains quartiers de la périphérie de Lisbonne au devoir civique de...

Suivez-nous!

1,332FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Maduro donne 72 heures à l’ambassadrice de l’UE pour quitter le Venezuela

e président Nicolas Maduro a donné lundi 72 heures à la cheffe de la délégation de l'Union européenne à Caracas pour quitter le Venezuela,...

Le Gabon annonce ce mardi des nouvelles mesures de déconfinement

Le Porte-parole du comité national de lutte contre le Coronavirus au Gabon (COPIL), Dr Guy Patrick Obiang Ndong, a indiqué lundi lors du traditionnel...

Diffusion plus lente, mortalité bien plus faible, en Afrique, le coronavirus joue une partition singulière

La jeunesse de la population, les modes de vie et le faible taux de pathologies aggravantes devraient protéger le continent d’une montée en flèche...

Covid-19 : 5 provinces pour plus de 100 nouveaux cas journaliers

Après avoir franchi la barre des 5 000 cas le jeudi 25 juin dernier au Gabon, les chiffres de contamination au Covid-19 poursuivent leur évolution,...

Covid-19 : L’espace Schengen fermé aux ressortissants gabonais

Après un vote le 29 juin 2020, les frontières extérieures de l’espace Schengen vont être rouvertes dès le 1er juillet 2020 à quelques pays,...