spot_imgspot_img

Le Gabon n’est pas une oligarchie, ni une dynastie: Ne plus perdre 40 ans

Des rumeurs se font de plus en plus l’écho d’une certaine ambiance de fin de règne à travers des fuites et des indiscrétions qui font circuler des noms d’éventuels « dauphins » et de potentiels « héritiers » au trône.
La chasse est ouverte. Pour les présumés élus à la succession, les manigances, les coups bas, les grandes manouvres de conspiration et autres intrigues ont commencé, avec le spectre de la nuit des longs couteaux.

Force est de constater, que l’histoire serait un éternel recommencement au pays du pétrole, du manganèse, du bois, de l’uranium et autres nombreuses matières premières. Par conséquent, pour conjurer cette fatalité, il est important d’exhumer notre histoire politique.

En novembre 1967, après l’annonce officielle de la mort du président de la république, son excellence Léon MBA, premier Président du Gabon, Monsieur Paul Marie YEMBIT, vice-président de la république, est arrêté et jeté en
prison. Début décembre 1967, Jacques Focard, Ministre Afrique du président de la république française, le général de Gaulle, installe à la tête du Gabon, Monsieur Albert-Bernard BONGO, suite à un « coup d’état constitutionnel ».
L’assemblée nationale est dissoute, tous les partis politiques sont interdits, sauf le B.D.G (Bloc Démocratique Gabonais), et instauration du parti unique, de facto le B.D.G devient le P.D.G (Parti Démocratique Gabonais).

Pour s’assurer l’exclusivité de l’exploitation du pétrole, du manganèse, de l’uranium, du bois et autres nombreuses matières premières, par les entreprises françaises, sans contestation, ni opposition. En remplacement
des différents partis politiques interdits, Jacques Focard met en place la « tribalisation » du pouvoir et l’ « ethnicité » de la vie politique gabonaise ; stratégie qui met en coupe réglée le Gabon et le pays est géré
d’une main de fer dans un gant de velours ; ainsi le mot « géopolitique » fait son apparition dans le langage courant.

Sous la tutelle de la France, un pacte d’alliance pour le partage du pouvoir, des richesses, des prébendes et autres privilèges, est scellé entre prédateurs gabonais toutes ethnies et tribus confondues, tous soumis à la
France. Les nationalistes, les patriotes gabonais sont, pour certains, arrêtés et jetés en prison, les autres sont poussés à l’exil à l’étranger, et les résistants sont purement et simplement assassinés.

Cela fait 40 ans que cette alliance plombe le Gabon. Elle a réduit le peuple, à l’esclavage, à la mendicité, à la misère, à la pauvreté et à la précarité ; elle est responsable du déclin du pays.

Pour entretenir l’amalgame et la confusion, à la place de la « lutte des classes » le pouvoir a développé une stratégie centrée sur la confrontation et l’opposition des ethnies, des tribus, les unes contre les autres, cela à
des fins d’intérêts personnels pour se maintenir coûte que coûte au pouvoir, par la manipulation et l’instrumentalisation.

L’ethnicité et le tribalisme ne sont pas un simple fonds de commerce politique récurrent mais plus grave encore, ils sont des maux qui minent la vie politique gabonaise et empêchent l’instauration de la démocratie, le
changement et l’alternance dont le pays a tant besoin pour son développement économique et social au service des populations sans discrimination.

Il y a une telle accumulation de frustration contenue au sein des populations, qu’il est criminel et dangereux de maintenir une telle dérive qui n’est que la gangrène des guerres civiles, tribales, ethniques et des
génocides. Il est urgent de mettre fin à la « tribalisation » du pouvoir et à l’ « ethnicité » de la vie politique, pour laisser libre cours aux convictions et au débat d’idées contradictoires dépassant le cadre tribal et ethnique.

Durant 40 ans, ce sont les mêmes personnes, les mêmes idées, les mêmes réseaux, les mêmes qui s’enrichissent et s’en mettent plein les poches au détriment des populations et au mépris de l’intérêt général. C’est le pays
rançonné et mis en coupe réglée, par le clan et les prédateurs. Le peuple gabonais en a marre d’être réduit à l’esclavage, à la mendicité, à la misère, à la pauvreté et à la précarité etc… Il faut que çà change, vivement l’ arrivée d’une nouvelle génération d’hommes politiques au pouvoir, celle des nationalistes et des patriotes.

Plus jamais çà, le Gabon n’est pas une oligarchie ni une dynastie. Ne plus perdre 40 ans. Plus jamais, personne ne décidera à la place du peuple gabonais, qui n’acceptera pas qu’on lui confisque son droit de choisir
librement son président, à travers une élection libre, démocratique et transparente, car son avenir, celui de ses enfants et des générations futures dépendent de son choix de société.

Au royaume de l’imposture, de pseudo biographies où l’argent, le pouvoir et la force priment sur les coutumes et le droit, il convient de dénoncer les faussaires de l’histoire. Il nous faut lutter contre ceux qui, « historiens » auto proclamés, réécrivent l’histoire politique de notre pays en passant par perte et profit la période 1960-1967 (que l’on peut considérer de Ière République), pour faire accepter une histoire tronquée et falsifiée aux jeunes générations.

Ces bonis menteurs-là, qui occultent notre histoire, doivent être dénoncés,car le principe sacré de la liberté d’expression en démocratie ne saurait laisser se développer pareille gangrène qui entretient le culte de la
personnalité et l’obscurantisme. Le devoir de mémoire, est notre rempart à tous contre l’oubli, le culte de
la personnalité, la haine et le tribalisme et l’hydre totalitaire.

Nos aînés patriotes, nationalises et résistants qui ont payé de leur vie pour semer les jalons de la liberté méritent qu’ils ne soient pas oubliés, car il n’ont jamais été dans l’histoire politique de notre pays du même
côté que l’alliance des prédateurs « collabos ». Que reste-t-il d’un homme quand vient la mort ? Dieu, sinon les actes qu’il aura posés de son vivant. Cet héritage immortalise le passage de l’homme sur terre. Pour les contemporains, cette empreinte du « bien » comme du « mal » fait partie de l’histoire.

Dans la recherche permanente de progrès, l’histoire est une machine à remonter le temps, qui permet de nous projeter pour construire le futur. L’histoire est une horloge et, la géographie est une boussole, ces données
nous consacrent des repères qui nous permettent de nous situer dans l’espace et dans le temps pour mieux construire l’avenir, alors développons dès à présent ce dvoir de mémoire, l’une des clés de la libération d’ un peuple.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,851FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES