spot_imgspot_img

Les députés ratifient l’accord France-Gabon sur l’immigration

Les députés ont ratifié jeudi l’accord entre la France et le Gabon relatif à la gestion concertée des flux migratoires et au co-développement.

Cet accord signé le 5 juillet 2007 est le premier du genre ratifié par l’Assemblée nationale. Trois accords similaires, toujours pas ratifiés, ont été négociés avec le Bénin, le Congo-Brazzaville et le Sénégal.

Ces accords concrétisent la « nouvelle politique » de l’immigration « choisie » voulue par Nicolas Sarkozy, et mise en oeuvre par son ministre Brice Hortefeux.

L’accord ratifié par les députés permet, sous certaines conditions, aux étudiants gabonais formés en France d’y rester pour une première expérience professionnelle. Il prévoit en contrepartie une « coopération renforcée » entre les deux pays dans la lutte contre l’immigration clandestine. La France et le Gabon s’engagent à réadmettre sur leur territoire leurs ressortissants en situation irrégulière dans l’autre pays, ainsi que ceux des pays tiers.

La gauche s’est abstenue sur un texte porteur d’une « approche utilitariste, sécuritaire et discriminatoire », selon Jean-Pierre Brard (apparenté PCF).

Serge Blisko (PS) a estimé que cet accord n’était ratifié qu’en raison de la grande proximité entre le gouvernement français et le président gabonais Omar Bongo, pilier historique de la « Françafrique ». Selon le député socialiste, seulement « 5.000 à 6.000 » Gabonais vivent en France, dont « 200 en situation irrégulière ». « Il s’agit pour l’essentiel d’enfants de dignitaires, les seuls qui peuvent venir en France à cause du prix du billet d’avion », a noté M. Blisko.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,855FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES