spot_imgspot_img

Gabon : Les étudiants de l’UOB rangent les armes face à l’échéance des examens

UOBLes velléités de grève des étudiants de l’Université Omar Bongo de Libreville se sont éteintes à la suite de l’assemblée générale du 15 mai dernier, à l’issue de laquelle les étudiants ont décidé de renoncer à leurs revendications du fait de l’échéance imminente des examens. Les dysfonctionnements du restaurant universitaire et la vétusté des infrastructures sont toujours au centre des protestations des étudiants.

La persistance des dysfonctionnements à l’origine des grèves à répétition à l’Université Omar Bongo de Libreville (UOB) ont conduit les étudiants à préparer un nouveau gel des cours, finalement avorté à l’issue de l’assemblée générale du 15 mai dernier en raison de l’imminence des examens de fin d’année.

La réouverture du restaurant universitaire fermé depuis un mois, la réfection des vestiaires dont les travaux ne sont jamais allés à terme, la réouverture de la bibliothèque, l’accès à l’eau potable dans l’ensemble des pavillons du campus et la résolution des coupures intempestives d’électricité dont l’UOB serait la seule victime de la zone depuis quelques temps, autant de dysfonctionnements dont les étudiants réclament inlassablement la résolution à l’administration, à l’instar de l’appel lancé en début de semaine.

Les mêmes problèmes avaient en effet déjà étés évoqués lors d’une grève déclenchée le 5 février dernier, qui avait trouvé une issue consensuelle grâce à la décision gouvernementale entérinée au conseil des ministres du 7 mai qui exhortait le ministère de tutelle de résoudre dans l’urgence les problèmes évoqués par les étudiants.

Malgré cette décision, la situation n’aurait toujours pas favorablement évoluée selon les étudiants qui menaçaient en début de semaine de déclencher un nouveau mouvement de grève.

Mais à deux semaines du début des examens qui sanctionnent l’année académique 2007-2008, les étudiants ont préféré ranger leur vindicte et privilégier les cours, avec le souvenir amer de l’impact des précédents mouvements sur leur scolarité.

Les étudiants n’ont pas manqué de condamner les responsables de l’administration qu’ils accusent d’instrumentaliser les mouvements d’humeur des étudiants pour faire pression sur la tutelle quant à la satisfaction de leurs propres intérêts.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,852FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES