spot_imgspot_img

Gabon : L’UOB plâtre sa fracture numérique

Pour armer les étudiants gabonais sur les champs de la mondialisation universitaire, l’Université Omar Bongo de Libreville a initié un colloque sur les Nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) qui s’est ouvert le 5 juin dernier sur le campus. Ces réflexions initiées par l’université en collaboration avec le ministère de la Communication visent à définir les moyens technologiques à mettre en place pour accompagner le passage au système Licence Master Doctorat (LMD).
Comment donner aux étudiants gabonais des outils et connaissances informatiques concurrentielles sur les bases internationales ? L’Université Omar Bongo de Libreville (UOB) a ouvert depuis le 5 juin dernier sur son campus un colloque sur les Nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) pour déterminer les moyens de réduire la fracture numérique à laquelle sont exposés les étudiants gabonais dans le cadre de l’ouverture sur l’extérieur du système universitaire.

Organisé en collaboration avec le ministère de la Communication en charge des Nouvelles technologies, ces travaux devront déterminer les mesures et moyens à mettre en œuvre dans les établissements supérieurs du pays pour lutter contre les insuffisances matérielles et capacitaires en matière de NTIC.

«Le colloque qui nous réuni se tient au moment ou notre université comme tant d’autres au niveau de l’Afrique centrale vient cette année de basculer dans le LMD, qui est le système sur lequel se met en marche la mondialisation universitaire. Localement, la réforme se présente comme une mise en chantier de l’université impliquant tous ses principaux acteurs qui ont aussi de bonnes raisons de compter sur les nouvelles technologies de l’information et de la communication dans leurs expériences individuelles d’appropriation de la réforme» a déclaré le professeur Pierre Nzinzi, vice recteur de l’UOB, à l’ouverture des travaux.

«Les universités gabonaises ont joué un rôle d’avant-garde au niveau de la CEMAC dans l’enseignement supérieur et la recherche scientifique, ainsi que dans l’implantation de la réforme LMD dans la région. Les innovations exigées par la modernité du système universitaire se reflète également au Gabon par l’importance accordée aux technologies de l’information et de la communication dans ces établissements. Sur le campus numérique, des avancées significatives ont été consenties depuis 2003 en vue d’améliorer les conditions de travail, aussi bien pour les enseignants et les étudiants que pour les agents de l’administration» a affirmé le directeur du bureau sous régional de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Matt Soukaté.

Durant trois jours, les étudiants de l’université réunis autour des représentants français, canadiens, gabonais, équato guinéens, camerounais, tchadiens, centrafricains et congolais devront réfléchir de concert avec les partenaires gabonais et internationaux à l’éducation aux réformes à proposer aux autorités pour pallier ces insuffisances.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES