spot_imgspot_img

Gabon: L’ Ecole normale supérieure de Libreville à l’heure des grandes réformes

L’Ecole normale supérieure (ENS) de Libreville est encline à des réformes orientées vers la restructuration et la modernisation de son système de fonctionnement et de formation, a affirmé son directeur général, Pr. Ambroise Edou Minko, lors de la cérémonie officielle de remise des parchemins à la 13ème promotion des diplômés de cet établissement jeudi à Libreville.

Selon le Pr. Ambroise Edou Minko, « l’Ecole normale supérieure a connu une évolution certaine depuis sa création en 1971».

Depuis, « 1993, date de sa première réforme, ajoute-t-il, la loi 11/93 lui a conféré un statut post-universitaire en ouvrant le recrutement aux seuls détenteurs de diplômes universitaires ou titres équivalents : DUEL, DUES, DEUG, BTS, Licence pour le cycle des professeurs adjoints et la Maîtrise pour celui des professeurs ».

Pour pallier à certaines irrégularités, le Conseil d’administration de cette structure a préconisé, entre autres, le recrutement au niveau de la Licence des candidats au CAPES après le passage au système LMD dans les universités gabonaises, l’ouverture, en collaboration avec d’autres universités, des filières master professionnel, master recherche et PH D. C’est donc en toute logique, selon le Pr. Edou Minko que l’établissement dont il a la charge expérimente depuis cette année, en collaboration avec l’Université de Laval (Canada), un master en sciences de l’éducation.

D’ailleurs, la loi citée en sus, en son article 2, précise que « l’ENS a pour mission d’assurer la formation professionnelle et le perfectionnement des candidats aux emplois de professeurs d’enseignement du second degré général, de professeurs d’enseignement du second degré technique et professionnel, de professeurs d’enseignement normal, d’encadreurs pédagogiques et de conseillers et attachés de planification, d’orientation et des sciences de l’éducation. ».

Exprimez-vous!

  1. Editorial, un ancien membre de gangs Saddam qui ont frappé, violé, terrorisé des étudiants et des enseignants à l’USTM (à Franceville) chef de section Sciences Physiques, chef de département par intérim, président de la commission LMD à l’ENS tribalisme, idiotie et bêtise du Gabon.

    Nous nous sommes rapprocher d’un sage de la section et de l’ancien chef de département pour savoir comment il a été recruté comme enseignant, avec un tel passé.

    Je n’étais au courant de rien, j’étais en stage en France, a mon retour j’ai constaté la présence de nombreux jeunes dans la section, et j’ai constaté qu’ils étaient les ¾ de la même ethnie, quand je me suis renseigner, on ma dit que c’étais le chef de section et aussi chargé d’études qui avait recruté ses parents, je n’ai rien dit d’autre, nous rétorque le sage de la section. A s

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,856FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES