spot_imgspot_img

Gabon : L’OGC condamne la hausse des prix de la communication

La ponction de 10% du chiffre d’affaires des opérateurs de téléphonie mobile du Gabon, récemment ratifiée par le Parlement, a été sévèrement condamnée par l’Organisation gabonaise des consommateurs (OGC) pour ses répercussions sur les dépenses de communication des ménages gabonais. Le président de cette organisation, Ibrahim Tsiendjet Mboulou, a notamment exhorté le gouvernement au plafonnage de cette taxe à 5% et à son extension à d’autres opérateurs économiques dont les activités ont des répercussions sanitaires négatives.

Après les mesures fiscales et budgétaires mises en place par le gouvernement pour protéger le pouvoir d’achat des gabonais, la ponction de 10% opérée par l’Etat sur le chiffre d’affaires des opérateurs de téléphonie mobile est perçue comme une action rétrograde par l’Organisation gabonaise des consommateurs (OGC), pour ses répercussions sur les dépenses de communication des ménages.

Le président de cette organisation de protection des droits des consommateurs, Ibrahim Tsiendjet Mboulou, a notamment rappelé que «parmi ces opérateurs, certains ont posé des actes qui ont rencontré l’adhésion de la population, notamment leur contribution dans la création d’emplois, le paiement des taxes fiscales et para fiscales, le paiement des licences, le sponsoring, le mécénat et leur soutien aux côtés du gouvernement, au développement du secteur de l’éducation, de la culture, des arts, etc.»

Pour Tsiendjet Mboulou, ces entreprises «participent désormais à la logique d’entreprises citoyennes». Dès lors, le président de l’OGC a expliqué que «le principe de loyauté devrait prévaloir dans leurs agissements, à savoir le relèvement tarifaire qu’ils viennent d’effectuer sans tenir compte de manière proportionnelle au pourcentage de 10% qui leur est prélevé».

Pour limiter l’impact de cette mesure sur le pouvoir d’achat des gabonais, l’OGC «suggère au gouvernement qu’il puisse élargir la taxe d’Assurance maladie à d’autres opérateurs économiques, qui par leurs activités dégradent la santé des gabonais, à hauteur de 5% et prendre des mesures d’accompagnement sur ces dispositions à l’endroit des opérateurs économiques».

Pour garantir le financement de l’Assurance Maladie que le Ministère des Affaires sociales veut mettre en place au Gabon, les élus du peuple ont décidé de puiser dans les caisses des opérateurs de téléphonie mobile à hauteur de 10% de leur chiffre d’affaires

L’opérateur de téléphonie mobile Celtel-Gabon, désormais Zain, leader de la téléphonie mobile au Gabon, a annoncé le 17 juillet dernier la révision à la hausse de sa grille tarifaire pour compenser les retombées de cette mesure. Les deux autres opérateurs de téléphonie mobile au Gabon s’étaient également alignés dans les jours suivants.

Après l’adoption le 26 novembre dernier à l’Assemblée nationale du projet de loi des finances 2008, un député de l’Union gabonaise pour la démocratie et le développement, Jean Valentin Léyama, avait émis de lourdes réserves sur cette taxe, dont il avait souligné l’iniquité, le caractère anticonstitutionnelle et les retombés négatives sur l’environnement des affaires.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,865FansLike
129FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES