spot_imgspot_img

Gabon : Doumba inspecte l’exploitation forestière dans l’Ogooué-Lolo

La tournée interprovinciale du ministre de l’Economie forestière, Emile Doumba, s’est achevée le 9 août dernier dans le chef-lieu de l’Ogooué-Lolo, Koulamoutou, où le ministre est allé évaluer sur le terrain, la mise en œuvre par les exploitants du secteur des processus d’industrialisation de la filière bois et du respect de l’exploitation et de la gestion durable de ces ressources. La délégation ministérielle a notamment visité les exploitations forestières de la province pour mesurer la prise en compte des dimensions environnementales et sociales dans le développement des activités.
La tournée du ministre de l’Economie forestière, Emile Doumba, à travers toutes les provinces du pays devrait donner le ton aux opérateurs économiques de la filière bois au Gabon pour le développement des activités d’exploitation et de transformation dans le respect des normes environnementales.

La dernière étape de la tournée d’inspection des unités de transformation du bois de l’intérieur du pays a mené le ministre de l’Economie forestière dans le chef-lieu de l’Ogooué-Lolo, Koulamoutou où il a eu une séance de travail avec les acteurs de la transformation du bois.

L’inspecteur régional des Eaux et Forêts pour l’Ogooué-Lolo, Alexandre Boubeya, a expliqué au patron du département que « le vœu des populations est celui de voir vivement aboutir le décret d’application de l’article 251 du code forestier qui prévoit des mesures sociales en faveur des populations riveraines à l’activité forestière d’extraction des grumes, à travers le versement d’une contribution, notamment financière des exploitants forestiers, visant le développement des projets d’intérêts communautaires initiés par lesdites populations ».

« Le principe fondateur du gouvernement relatif à notre secteur est de concilier exigences de développement économique et impératif de conservation au moment où les forêts du bassin du Congo, dont notre pays fait partie, font l’objet de toutes les attentions au regard de leur contribution dans le maintien des grands équilibres globaux » a expliqué le ministre Doumba.

« D’un autre côté, les activités du secteur forestier doivent contribuer significativement au produit intérieur brut, constituer un des leviers de la lutte contre la pauvreté et favoriser l’éclosion d’un tissu entreprenarial local » a poursuivi le patron de l’Economie forestière.

« Opérateurs de la filières bois, je vous invite à entrer dans le 21° siècle. L’exploitation forestière à l’ancienne c’est fini, l’époque des bûcherons est terminée. Nous sommes à l’ère de l’aménagement, de la gestion durable, responsable et à forte valeur ajoutée. L’attribution et le renouvellement des quotas seront assujettis au respect scrupuleux d’un certain nombre de conditions, notamment d’ordre social. Dorénavant, la signature de la convention provisoire sera conditionnée par la présentation d’un programme d’investissement comprenant un plan d’aménagement d’une base vie remplissant un certain nombre de conditions dont la prise en compte du quotient familial et le respect de l’environnement » a enfin annoncé Emile Doumba.

Avec sa délégation et accompagné du gouverneur, le ministre s’est rendu sur les différents sites d’activités des sociétés forestières de la province. Cet horizon sera-t-il atteint’ Les populations riveraines croisent les doigts.

La forêt de l’Ogooué-Lolo compte 9 652 200 hectares de superficie. Le secteur forestier y emploie directement 1275 personnes pour 1100 employés gabonais. 72% des ressources forestières de la province ont été attribués en concessions forestières à 9 opérateurs économiques.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES