spot_imgspot_img

Gabon : Vers une augmentation du prix du gaz

En attendant les mesures d’envergures auxquelles travaillent la SGEPP avec le ministère des Mines pour pallier à la cherté des emballages, les prix du gaz butane pourraient augmenter pour les ménages gabonais. Epargnés à plusieurs reprises des augmentations des produits pétroliers mais oublié des pouvoirs publics dans l’élaboration de son bouclier contre la vie chère, le gaz domestique a toutes les chances de voir son prix augmenter au sortir de la pénurie qui touche actuellement la capitale et quelques localités de province.

En se basant sur la flambée générale des prix dont les répercussions influent sur tous les secteurs d’activités et les deux dernières augmentations des prix des produits pétroliers au Gabon, desquelles le gaz a toujours été épargné, les analystes pressentent une augmentation des prix du gaz butane, qui accuse actuellement une pénurie dans la capitale et certaines localités du province.

La Société gabonaise d’entreposage des produits pétroliers (SGEPP) a rompu le silence le 10 septembre dernier sur la pénurie de gaz domestique à Libreville, en mettant en avant les difficultés des distributeurs à renouveler le stock de bouteilles pour la commercialisation du gaz butane.

Pour pallier ces difficultés dans le renouvellement du fonds de roulement des bouteilles de gaz, monsieur Folquet a expliqué que «le ministère des Mines et la SGEPP avaient arrêté des solutions palliatives, dont le prolongement de la journée de travail par des heures supplémentaires de lundi à dimanche ainsi que d’autres mesures d’envergure en préparation entre la SGEPP et le ministère des Mines».

L’Etat gabonais débloque aujourd’hui environ 100 milliards de FCFA pour subventionner le prix du carburant à la pompe chaque année. Le Fonds monétaire international (FMI) serait opposé à ces subventions pour laisser cours au libéralisme économique mais de l’autre côté, les distributeurs de gaz butane réclameraient une revalorisation de leur marge bénéficiaire.

Les distributeurs estiment que ce marché n’est plus rentable du fait de la stagnation des prix depuis plusieurs années arguant l’augmentation du coût de transport. A Libreville, une bouteille de gaz de 12 kg est vendue à 5.625 FCFA. A l’intérieur du pays, le prix est un peu plus élevé.

Plusieurs intervenants sur la chaîne de distribution perçoivent un pourcentage sur chaque bouteille vendue, notamment la Société gabonaise de raffinage (SOGARA), la Société gabonaise d’entreposage de produits pétroliers (SGEPP), la Caisse de stabilisation et de péréquation (CAISTAB) et enfin les distributeurs.

Pour parer une éventuelle augmentation du prix du gaz auprès des consommateurs, les distributeurs ont suggéré la suppression de la part perçue par la CAISTAB, mais l’Etat ne semble pas prêt à céder ce droit au terme des débats entre le Groupement professionnel pétrolier (GPP) et le ministère des Mines.

En 2006, les distributeurs avaient obligé l’Etat à réviser à la hausse le prix du carburant. Réunis au sein du GPP, ces distributeurs, qui sont seulement quatre, pourraient peser davantage face aux pouvoirs publics.

Le 24 avril 2008, le gouvernent a pris un ensemble de mesures pour contrer la flambée des prix et lutter contre la vie chère : la suspension de la TVA et des taxes douanières sur les importations pour six mois sur les produits de première nécessité ainsi que la baisse du prix de l’essence pour les opérateurs économiques du secteur de la pêche. De mesures qui représentent une allocation de 10 milliards de F CFA sur le budget de l’Etat.

Bien qu’il soit déterminant, le gaz semble être le parent pauvre de ce bouclier, il aurait dû être pris en compte, en octroyant des allocations aux entreprises qui produisent ce produit comme l’Etat l’a fait avec la SMAG.

Même s’il la refuse encore, la concession des droits de l’Etat sur le gaz à travers la taxe perçue par la CAISTAB semble une option intéressante et la pression exercée par le GPP associée à la pression latente du front de la société civile contre la vie chère pourrait inciter le gouvernement à revoir ses positions.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES