spot_imgspot_img

Gabon : Protéger la propriété intellectuelle pour le développement

Le ministre sortant du Commerce et du Développement industriel, Paul Biyoghe Mba, a présidé le 13 octobre à Libreville l’ouverture de la première semaine de la propriété intellectuelle, organisée par le Centre de la propriété industrielle du Gabon (CEPIG) en partenariat avec les organes homologues à l’échelle africaine et mondiale. Les différents ateliers mis en place devraient permettre aux entreprises, aux chercheurs et aux inventeurs d’identifier les moyens appropriés pour la protection du fruit de leurs recherches afin que celles-ci puissent mieux servir le développement économique, social et industriel du pays.
La valorisation du potentiel intellectuel local prend ses marques à Libreville avec l’ouverture le 13 octobre dernier de la première semaine de la propriété intellectuelle. Celle-ci est destinée à mettre à la disposition des chercheurs, inventeurs et scientifiques gabonais les outils législatifs nécessaires à une valorisation optimale de leur travail sur le plan national, continental et mondial.

Organisée jusqu’au 16 octobre prochain par le Centre de la propriété industrielle du Gabon (CEPIG), avec le soutien de l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (OAPI) et l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), cet événement prend ses quartiers à l’annexe du ministère des Finances, l’immeuble Arambo, où ont été accueillis les hôtes camerounais, ivoiriens, français et suisse, invités à partager leurs expériences respectives.

La cérémonie d’ouverture a permis aux inventeurs locaux d’exposer le fruit de leurs travaux et susceptibles de participer au développement socio économique.

Le ministre sortant du Commerce, Paul Biyoghé Mba, a souligné que «l’innovation et l’invention sont au centre de toute politique de développement, car la propriété intellectuelle constitue l’un des moyens d’exploitation indéniable pour la croissance économique d’une nation».

Pour le directeur général du CEPIG, Malem Tidzani, il s’agit d’«utiliser la propriété intellectuelle comme moyen de mobiliser et utiliser le potentiel de créativité et d’innovation pour que notre pays et toute la communauté nationale puisse en partager les bénéfices».

Monsieur Tidzani a rappelé que «la plupart des gens savent ce qu’est la propriété intellectuelle, qu’il s’agisse du droit d’auteur, des brevets, des dessins et modèles industriels ou des marques. Mais nombreux sont ceux qui les perçoivent encore comme des notions commerciales ou juridiques présentant peu d’intérêts pour eux-mêmes».

Ces assises doivent permettre de vulgariser les notions juridiques de la propriété intellectuelle et industrielle afin de les rendre accessibles à toutes les classes d’artistes, de chercheurs, d’inventeurs et autres concepteurs industriels.

«La propriété intellectuelle au service du développement n’est pas un slogan, c’est une orientation forte de la politique économique de notre pays pour l’amélioration du bien être de l’humanité en général et des gabonais en particulier», a lancé Paul Biyoghe Mba.

«C’est dans cette même perspective que se tient désormais chaque année depuis 2003 le salon national de l’invention et de l’innovation technologique, avec le grand prix du chef de l’Etat pour la meilleure invention et innovation technologique», a enfin rappelé le ministre Biyoghe Mba.

Les travaux sont répartis en ateliers ciblés abordant la nature de la propriété intellectuelle ; le rôle et les attributions du CEPIG, de l’OAPI et de l’OMPI ; la valorisation des résultats et la recherche au moyen du brevet ; les avantages pour les entreprises du système de brevets ; les atteintes aux droits de la propriété intellectuelle ou encore les moyens de lutte et de recours face à ces atteintes.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
129FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES