spot_imgspot_img

RDC: la force de l’ONU s’efforce de maintenir l’ordre à Goma

Des Casques bleus sollicités à l’extrême sont la seule force organisée restante à Goma, dans l’est de la RDC (République démocratique du Congo), d’où les troupes gouvernementales ont fui devant l’avance d’un groupe rebelle, a affirmé jeudi un porte-parole de l’ONU.

Les troupes de la Monuc (mission de l’ONU en RDC) sont « à la limite de leurs capacités » alors que la diplomatie internationale cherche à rétablir la paix dans la province du Nord-Kivu, a déclaré à la presse Kevin Kennedy.Selon lui, la Monuc, dont l’effectif total est de 17.000 hommes, dispose d’un bataillon d’environ 850 soldats, principalement indiens, appuyés par des unités de soutien à Goma, la capitale de la province.

Les rebelles du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) du général déchu tutsi congolais Laurent Nkunda ont menacé de s’emparer de la ville, après avoir mis en fuite les forces gouvernementales.

M. Kennedy a indiqué que des efforts étaient en cours pour renforcer le contingent de Goma en lui ajoutant des unités de la Monuc déployées dans d’autres zones de la RDC.

Un bataillon de 90 Guatémaltèques des forces spéciales, venus de la province voisine de l’Ituri a été acheminé à Goma, ainsi qu’une unité de police de la ville de Lubumbashi (sud) et qu’un hélicoptère de combat d’Ituri, a-t-il ajouté.

« La Monuc patrouille la ville. C’est la seule force organisée sur place (…) Elle est à la limite de ses capacités, elle ne peut pas être partout », a-t-il dit, démentant des informations selon lesquelles des troupes de l’ONU avaient empêché des réfugiés civils d’entrer à Goma.

Il a confirmé que des pillages avaient été commis durant la nuit dans cette ville d’un million d’habitants mais n’a pu confirmer que neuf civils avaient été tués par des troupes gouvernementales en déroute.

« Nous faisons tous les efforts possibles pour concentrer nos moyens de façon à pouvoir protéger les civils et empêcher toute nouvelle avancée vers Goma », a encore dit M. Kennedy.

Les troupes de Laurent Nkunda avaient avancé vers Goma mercredi, poussant près de 45.000 réfugiés devant elles.

La rébellion a proposé jeudi de sécuriser les déplacements des civils chassés par les combats, et l’Europe étudie l’envoi d’une mission militaire humanitaire.

Au lendemain du cessez-le-feu décrété par la rébellion, la situation dans cette région où les affrontements ont repris fin août était considérée comme « stable » par la Monuc.

En revanche, la situation humanitaire est « catastrophique », selon le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), et l’Unicef redoute des épidémies.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES