spot_imgspot_img

Gabon : Ernst & Young forme ses partenaires aux techniques d’audits

Le cabinet d’expertise comptable international Ernst & Young organise à Libreville du 10 au 14 novembre un atelier à l’intention de ses collaborateurs locaux pour la formation aux techniques d’audit dans le secteur des assurances. Les experts comptables du cabinet Ernst & Young s’attachent ainsi à renforcer les capacités du contrôle financier au Gabon grâce à la distinction des techniques propres au secteur privé et les procédures adaptées à l’audit d’une compagnie d’assurance qui présente un circuit et un fonctionnement particulier. Les collaborateurs et associés du cabinet comptable international Ernst & Young sont réunis depuis le 10 novembre dernier à Libreville pour un atelier de formation aux techniques d’audit dans le secteur des assurances.

Cette formation vise à renforcer les capacités et la pertinence du contrôle financier sectoriel, indispensable au développement d’un secteur à travers la promotion et la protection de la bonne gouvernance.

Avec un portefeuille de clients très large en matière de compagnies d’assurances, le cabinet d’expertise comptable international Ernst & Young a tenu à renforcer les capacités de ses collaborateurs et de ses associés dans le domaine des assurances, notamment à travers l’étude du code CIMA, la Conférence internationale des marchés d’assurance, appliqué dans plus de quatorze pays francophone.

«On ne peut pas auditer de la même manière une compagnie d’assurance qu’une entreprise d’un autre secteur d’activité», a rapporté Jean Pierre Mayombo, d’Ernst & Young.

«Il faut savoir que dans une compagnie d’assurance, le cycle est inversé, c’est à dire que le cycle industriel traditionnel qui permet de payer et de se faire livrer est inversé, parce que dans les compagnies d’assurance, il y a d’abord un payement de prime contre la promesse d’une garantie qui n’est livré que longtemps plus tard en cas de survenance de sinistre», a expliqué monsieur Mayombo.

«L’autre spécificité, c’est que dans son fonctionnement il y a un certain nombre d’engagements que la compagnie d’assurance prend, et ces engagements doivent être honorés à un moment donné. Il faut donc que l’entreprise d’assurances justifie d’une capacité d’actifs suffisants pour faire face à ses engagements. Ce sont les différences fondamentales qu’il y a entre une compagnie d’assurance et une entreprise d’un autre secteur d’activité», a précisé Jean pierre Mayombo.

Le membre du cabinet d’expertise comptable a poursuivi en expliquant que «le rôle de l’auditeur est d’exprimer une opinion sur l’information financière, qui à la suite sera rendue publique».

«Nous avons un certain nombre de diligences à mettre en œuvre lorsque nous intervenons dans une compagnie d’assurances, comme dans une entreprise nous émettons une opinion qui peut être une certification sans réserve, une certification avec réserve ou un refus de certifier», a ajouté monsieur Mayombo.

Il s’agit de «découvrir toute la réglementation en terme de compagnie d’assurance, c’est-à-dire tout sur le code CIMA», a rapporté une participante, madame Bissouma N’guéssan d’Ernst & Young en Côte d’Ivoire.

«C’est la première fois que j’interviens sur les compagnies d’assurances, donc j’ai besoin de savoir ce qui est important dans le circuit des assurances, par exemple l’éthique, l’éthique de production, des prix, la terminologie, les règles et méthodes comptables, pour faire en sorte de mieux auditer mes clients», a expliqué madame Bissouma N’guéssan.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES