spot_imgspot_img

Gabon : Les Mourides rendent hommage à Cheikh Amadou Bamba

La communauté mouride du Gabon est réunie du 8 au 15 novembre à Libreville avec les personnalités gabonaises et sénégalaises pour célébrer les Journée culturelles Cheikh Amadou Bamba, à l’occasion du 20e anniversaire de son exil forcé au Gabon. Cette semaine culturelle va permettre de procéder à des offices religieux de commémoration, des expositions et des conférences sur l’histoire de ce leader religieux qui lie le Gabon à la communauté mouride. La capitale gabonaise célèbre Libreville du 8 au 15 novembre le 20e anniversaire de l’exil forcé au Gabon du chef religieux mouride, Cheikh Amadou Bamba.

Les Journées culturelles Cheik Amadou Bamba édition 2008 sont abritées à Libreville par le cinéma le Komo. Elles ont été ouvertes le 8 novembre dernier en présence de nombreuses personnalités gabonaises et sénégalaises, parmi lesquelles Mare more Baké, chef spirituel et petit fils du Serigne Touba.

Au nombre des activités de cette semaine culturelle dédiée à Cheikh Amadou Bamba sont notamment prévues des prières, la lecture du Coran, des expositions, des chants religieux et une conférence sur la place du Gabon dans le murdjisme.

Mare more Baké a notamment exhorté les chercheurs et étudiants à se pencher davantage sur la vie et les étapes du vénéré Cheikh Amadou Bamba.

Cheikh Ahmadou Bamba Khadimou Rassoul est né en 1853 à Mbacké et décédé le 19 juillet 1927. Ce fut un théologien musulman devenu l’une des figures les plus importantes de l’Islam, au sein de laquelle il a fondé la confrérie des Mourides.
Ahmadou Bamba était un musulman ascétique et mystique qui écrivait sur la méditation, les rituels, les études coraniques et fabriquait des amulettes porte-bonheur pour ses adeptes.
Il ne participa pas à la guérilla que menaient les plus célèbres marabouts tidjanes et prêcha cependant avec succès la paix et promît le paradis à ses disciples. Il fonda la ville de Touba en 1887.
Résistant au colonialisme français, et à sa politique d’acculturation religieuse, Bamba parvient à convertir plusieurs rois de la région. Pouvant mobiliser de très nombreux disciples, il est arrêté par les autorités coloniales, qui l’enferment dans la prison de Saint-Louis, siège du gouverneur de l’AOF (Afrique occidentale française), avant de l’envoyer en exil, en 1895, au Gabon.
L’administration coloniale justifie alors sa décision en affirmant qu’«il ressort clairement du rapport que l’on a pu relever contre Ahmadou Bamba aucun fait de prédication de guerre sainte, mais son attitude, ses agissements, et surtout ceux de ses principaux élèves sont en tous points suspects».
Il retourna à Dakar en 1902, après 7 ans et 9 mois d’exil dans la forêt équatoriale, où il a été très plébiscité. L’administration coloniale tente à nouveau de l’arrêter, en envoyant des tirailleurs et des spahis, mais ses étudiants (talibé) le protègent. Il a finalement été arrêté l’année suivante, en 1903, et exilé pendant quatre ans en Mauritanie. De ses exils, de nombreuses légendes sont nées.
Après 1910, les autorités françaises réalisèrent que Bamba ne désirait pas la guerre. Elles décident alors de collaborer avec lui, mais Bamba refusa la Légion d’honneur. Son mouvement prit de l’ampleur en 1926 quand la construction de la Grande Mosquée de Touba, où il est inhumé, commença. Son tombeau est un lieu de pèlerinage. Après sa mort la confrérie des Mourides fut dirigée, avec une absolue autorité sur ses disciples, par ses héritiers.
Cheikh Amadou Bamba a vécu sept ans au Gabon et son exil l’a conduit à Libreville, Mayumba, Lambaréné et Ndjolé.

Les manifestations des Journées culturelles de Cheikh Amadou Bamba se poursuivront à Port Gentil et à Lambaréné.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES