spot_imgspot_img

Gabon : Le CES planche sur le budget 2009 écorné par la chute du prix de baril

Le Conseil économique et social (CES) a ouvert le 17 novembre à l’Institut d’économie et des finances (IEF) de Libreville une session extraordinaire consacrée à l’examen du projet de loi finances 2009 proposé par le ministre de tutelle, Blaise Louembé. Pendant cinq jours, les conseillers économiques et sociaux devront statuer sur la cohérence et la pertinence de la proposition de ce budget arrêtée à 2485,5 milliards de francs CFA pour l’exercice 2009 et dont les fondamentaux sont écornés par la chute du prix de baril dans la barre de 50 dollars.
Les conseillers économiques et sociaux sont à nouveaux réunis à l’Institut d’économie et des finances (IEF) de Libreville depuis le 17 novembre dernier pour examiner le projet de loi de finances 2009 proposé par le ministre des Finances, Blaise Louembé.

La session extraordinaire du CES qui se tient jusqu’au 21 novembre prochain doit permettre d’évaluer la faisabilité de la mise en œuvre de la proposition de budget 2009, équilibré en recettes et en dépenses par la tutelle à 2485,5 milliards de francs CFA.

Le projet de loi de Finances 2009 est marqué par la poursuite de la mise en œuvre de l’Accord de confirmation triennal conclu avec le FMI en 2007 pour le renforcement de la gestion des finances publiques, l’accélération des réformes structurelles et l’intensification de la diversification de l’économie.

Les prévisions budgétaires s’appuient sur l’augmentation de la croissance mondiale qui devrait atteindre 3,7% en 2007, contre 3% en 2008, alors que l’économie nationale connaîtrait une croissance de 7%, tirée l’accroissement de 5,2% de la consommation des ménages et l’augmentation de l’investissement total qui devrait se situer à 6,6%.

Les recettes non pétrolières escomptées estimées à 793,5 milliards de francs CFA contre 1 621,4 milliards de francs CFA de recettes pétrolières visées, soit 58% de plus qu’en 2008 grâce aux investissements entrepris et à la mise en production de nouveaux gisements. Les ressources totales escomptées sont de 2 414,9 milliards de francs CFA, en hausse de 38% par rapport au budget 2008.

L’ensemble des charges pour l’année 2009 s’établirait à 2 485,5 milliards de francs CFA, soit une hausse de 687,4 milliards de francs CFA par rapport à l’exercice 2008. Ces charges prennent en compte le service de la dette publique, les dépenses de fonctionnement, les dépenses d’investissement, les prêts et les avances de dépôts.

Or, la crise économique à bouleversé les base sur lesquelles ce budget était élaboré, l’effritement de la croissance mondiale et le prix du baril de pétrole qui a fondu, passant en dessous de la barre de 60 dollars, alors l’hypothèse retenue par le budget tablais sur 70 dollars. La situation est donc préoccupante ce d’autant qu’une baisse drastique est toujours possible.

Le CES devra statuer sur la pertinence de ces estimations et y porter son approbation, ou proposer une révision ou encore des ajustements.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES