spot_imgspot_img

Gabon : Le SYNAPS dresse à nouveau les barricades

Le Syndicat national des personnels de la Santé (SYNAPS) a appelé le 12 janvier dernier à une grève générale pour protester contre la non-effectivité des mesures salariales et sociales concédées par la tutelle lors du dernier mouvement de grève. Les personnels du secteur de la Santé réclament en premier lieu l’augmentation de la prime de logement pour faire face à l’augmentation significative du prix des loyers, ainsi que la revalorisation de la fonction publique hospitalière, dont le cahier des charges est sur la table de la tutelle depuis 2003.

Face à la non effectivité des mesures transitoires convenues début septembre dernier entre les représentants du Syndicat national des personnels de santé (SYNAPS) et le département de la Santé, la fonction publique hospitalière a avancé l’échéance de son préavis de grève générale au 12 janvier dernier.
Alors qu’elle avait laissé jusqu’au 26 janvier au gouvernement pour mettre en œuvre les mesures nécessaires et appliquer une revalorisation effective de leurs traitements et de leurs conditions de travail, la centrale syndicale à appelé les personnels de santé à une grève générale pour protester contre l’inefficience des mesures concédées par la tutelle en septembre dernier.
Le SYNAPS avait déposé un préavis de grève au cabinet du Premier ministre gabonais, Jean Eyeghe Ndong, depuis le 18 décembre dernier, pour avertir de leur intention de ramené l’échéance du 26 au 12 janvier.

Le secrétaire général du SYNAPS, Serge Mickala Moundounga, a dénoncé lors de l’appel à la grève des failles dans la gestion de l’agent public permanent ou non permanent du secteur de la santé, « qui est l’acteur principal de toute politique sanitaire orientée vers les populations », explique le leader syndical.

« La couverture vaccinale prévue par les textes est inexistante. Le ticket modérateur de l’agent hospitalier à son lieu de travail est sans valeur. Le bureau exécutif du SYNAPS constate avec regret la manière avec laquelle le ministre de la Santé est trompé par un groupe d’activistes (…) », s’est insurgé monsieur Moundounga.

Les principales revendications du SYNAPS concernent l’indemnité de logement et la prime hospitalière.

«Si l’attribution de la prime hospitalière et l’indemnité de logement peuvent régler la question de la motivation profonde et individuelle, il est illusoire de croire que l’offre des soins de qualité soit possible sans sa véritable clé qui est la fonction publique hospitalière» avait expliqué les membres du bureau exécutif du SYNAPS en septembre dernier.

La prime de logement du personnel de la Santé stagne à 45 000 francs CFA depuis de nombreuses années alors que les prix des logements ont considérablement augmenté dans la capitale gabonaise avec la crise du logement. Un infirmier gabonais touche un salaire mensuel d’environ 135 000 francs CFA.

Le cahier des charges des personnels de la Santé est sur le bureau de la tutelle depuis 2003, où la situation économique difficile n’avait pas permis aux autorités d’accéder à toutes les revendications des infirmiers et médecins gabonais.

La ministre Angélique Ngoma avait annoncé la tenue prochaine d’une réunion interministérielle présidée par le Premier ministre et impliquant les départements des Finances et de la Santé mais avertit que cette mesure ne pourrait être prise en compte qu’à partir de l’exercice budgétaire 2009.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES