spot_imgspot_img

Les pays de la CEMAC statuent sur la situation de leurs économies face à la crise internationale

Les chefs d’Etat des pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), réunis vendredi à Libreville, à la faveur d’un sommet extraordinaire, ont statué sur la situation des économies de leurs pays face à la crise financière internationale qui secoue le monde.

A cette occasion, le chef de l’Etat centrafricain, président en exercice de l’institution, François Bozizé, a fait observer que la crise financière qui a entraîné la récession au niveau mondial a des répercussions sur les économies africaines.

 » Nos prévisions budgétaires et de croissance ne cessent d’être revues à la baisse, les prix de nos matières premières à l’exportation connaissent des chutes préoccupantes », a déclaré le président Bozizé, soutenant que des secteurs comme la forêt, les mines, pourvoyeurs de main d’oeuvre dans leurs économies sont déjà sinistrés.

Suite à cette situation, M. Bozizé a estimé qu’il était  »urgent » de prendre des mesures adéquates pour contrer les effets désastreux que cette crise pourrait entraîner sur le plan social.

Pour sa part, le président de la Commission de la CEMAC, Antoine Ntsimi a considéré ce sommet comme une tribune où les efforts devraient être fournis face aux nouveaux défis qui interpellent la CEMAC dont le destin est confié aux chefs d’Etat.

 » Aujourd’hui, le défi le plus sérieux qui pèse sur la CEMAC reste la crise financière internationale qui secoue l’économie mondiale et dont les effets risquent d’amplifier ceux déjà si durs de la flambée des prix des produits alimentaires et énergétiques », a-t-il relevé.

Selon lui, l’impact de la crise est déjà perceptible au niveau de l’économie réelle, notamment à travers les flux commerciaux et les mouvements de capitaux.  »Donc il y a un risque d’amplification des effets sociaux et de la pauvreté », a appuyé M. Ntsimi.

Outre les questions relatives à la situation des économies africaines face à la crise financière, les chefs des Etats membres de la CEMAC ont également abordé des sujets d’ordre financier concernant particulièrement les placements des capitaux à l’étranger.

Ils ont estimé que ces opérations, dans le contexte économique mondial actuel, présentent des risques et ne devraient pas se faire en violation des textes réglementaires.

Cette rencontre de Libreville a vu la participation des chefs d’Etats camerounais, Paul Biya, congolais, Denis Sassou Nguessou, centrafricain, François Bozizé, équato-guinéen, Théodoro Obiang Nguema Mbazogo, gabonais Omar Bongo Ondimba et du premier ministre Tchadien, Youssouf Saley Habbas en présence des représentants de la BEAC, la BDEAC, des experts nationaux et internationaux, de la France et de l’Union européenne.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES