spot_imgspot_img

Kouchner affûte sa plainte

Bernard Kouchner osera-t-il un grand déballage devant la justice en attaquant Péan? Georges Kiejman planche sur une plainte en diffamation. Le ministre des Affaires étrangères a envoyé cette semaine à son avocat un dossier complet sur ses travaux pour le Gabon. Factures et rapports à l’appui, l’avocat, calculette en main, espère pouvoir démontrer que les chiffres cités dans Le Monde selon K. sont approximatifs.

« C’est un peu comme si on confondait le chiffre d’affaires de Fayard avec les droits d’auteur de Péan », ironise l’avocat. Selon Péan, la société Imeda, créée par deux proches Kouchner, a facturé au Gabon plus de 2,6 millions d’euros pour une étude sur le système de santé du pays. Me Kiejman assure que sur ce total, la rémunération de son client n’a pas dépassé 400 000 euros, pour des travaux s’échelonnant de « février 2004 à août 2006 », soit deux ans et demi. Ce qui équivaudrait à un salaire mensuel, avant impôt, de l’ordre de 13 000 euros.

Pour montrer le sérieux du travail, l’avocat a en main un premier rapport signé Kouchner de 107 pages, daté de 2004, « avec annexes et graphiques », intitulé « Le constat ». Bernard Kouchner s’est ensuite rendu au Gabon pour mener son étude. Il a remis au ministère de la Santé de Libreville un deuxième rapport, de 25 pages, daté d’août 2004, intitulé « Les propositions de réforme ».

« Quand on aide ces pays, on évite de demander de l’argent »

Selon l’avocat, Bernard Kouchner a ensuite échangé plusieurs courriers avec le vice-ministre de la Santé gabonaise, jusqu’en août 2006. « La loi sur la santé publique qui est née de ces recommandations est du 4 janvier 2007 », précise Me Kiejman, persuadé de pouvoir démontrer que les travaux de son client ne « sont pas restés lettre morte ». « La loi assure un système de protection des plus indigents, il y a vraiment un système d’assurance-maladie au Gabon », plaide l’avocat.

Une vision des choses nuancée par un Français en poste à Libreville. « J’y suis depuis dix-sept ans, explique-t-il, et je vous assure qu’il vaut mieux ne pas être malade ici. La Caisse nationale de sécurité sociale, qui existe depuis belle lurette, est totalement défaillante, et puis il suffit de visiter un hôpital pour se rendre compte qu’ils manquent de tout… »

Autre voix discordante, celle du médecin et élu UMP Bernard Debré, ancien ministre de la Co-opération. « Je suis souvent allé opérer au Gabon avec mes équipes, bénévolement bien sûr, et nous venons à chaque fois avec des cantines de médicaments et de matériels. » Bernard Debré, qui se dit « choqué » par le montant de l’étude effectuée par Bernard Kouchner, ne se voit pas « demander des fonds à un pays pauvre ». « Je savais que Bernard Kouchner était souvent au Gabon, et quand j’y suis allé, je m’en suis toujours tenu éloigné parce que j’avais quelques inquiétudes… Quand on va aider ces pays, on évite, à mon sens, de demander de l’argent », souligne Debré.

C’est dire si le débat, s’il devait venir en procès devant la 17e chambre, s’annonce passionné. Me Kiejman, en fin connaisseur des affaires de diffamation, assure qu' »il y a matière à un procès », mais se donne encore « quelques jours » pour réfléchir à l’opportunité d’une attaque. Quelques jours de réflexion pour peser le pour et le contre d’un grand déballage.

source: le JDD

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES