spot_imgspot_img

Gabon : Kango tente de revigorer la pêche artisanale

L’Organisation non gouvernementale (ONG) World Promus Gabon et le Fonds des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) ont clos le 28 février dernier à Kango, dans l’Estuaire, 45 jours de travaux avec les acteurs locaux de la pêche artisanale. Cette formation est destinée à améliorer la productivité et accroitre le profit des opérateurs économiques de la filière afin de réduire l’ampleur de la pauvreté en milieu rural

Organisé par l’ONG World Promus Gabon avec le soutien du Fonds des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le séminaire sur la pèche artisanale dont les travaux ont duré 45 jours avait un seul objectif précis : permettre aux populations locales de renforcer leur productivité et leurs bénéfices à travers des techniques d’organisation et de gestion des ressources humaine, naturelle et financière.

Pour optimiser l’efficacité de ces travaux, l’ONG World Promus Gabon avait mis en place des ateliers thématiques sur le développement communautaire et la gestion rationnelle; les aspects rationnels et la surveillance participative appliquée à la décentralisation; l’impact socio économique du sous secteur pêche artisanale; les enjeux environnementaux et les impératifs de développement, ainsi qu’un atelier sur les femmes et le développement durable.

«La FAO souhaite que les communautés qui ont participé à cet atelier d’enseignements, puissent les mettre en application. Il faut qu’à long terme, elles deviennent un modèle de développement, un exemple pour les autres communautés», a exhorté la représentante de l’ONG, madame Kamba.

Le maire de la commune de Kango, Pierre Nzé Ona Mba, a rappelé que ces travaux doivent permettre de «favoriser dans les meilleurs délais une transformation significative de la pêche artisanale de Kango».

«Cette initiative exprime notre vision partagée que la gouvernance locale n’est pas seulement un enjeu politique mais elle est fondamentalement un problème de développement économique et social», a-t-il ajouté.

L’édile de la commune a enfin salué «les bénéficiaires du programme qui se sont attachés à appliquer immédiatement les conditions qu’ils ont acquises sur leur rôle de responsabilité afin de renforcer le développement et le bien être social».

Au terme de ces assises, une unité de gestion des ressources halieutiques composée de 9 membres a été mise en place pour réglementer et gérer de manière rationnelle cette activité dans le département du Komo Kango.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES