spot_imgspot_img

Gabon: PDG – 41ème anniversaire: recueillement, solidarité et réflexion

Le 41ème anniversaire du Parti Démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir) se commémore cette année avec un programme sobre : recueillement, sobriété et solidarité sont de mise, comme préconisé par l’allocution du Secrétaire général de cette formation, Faustin Boukoubi, mercredi soir.

Lors de sa dernière réunion, le Bureau Politique du Parti démocratique gabonais a décidé de rompre avec le faste des années antérieures, en restreignant les manifestations du 12 mars 2009.

Une restriction qui «obéit non seulement à l’évolution du rôle du Parti, mais aussi au contexte moral qui prévaut», et est dictée, selon Faustin Boukoubi, par « l’absence actuelle de la Première Dame, Présidente d’Honneur de l’UFPDG (qui) ne nous incite ni à la fête ni aux grandes manifestations habituelles de notre Parti à l’occasion du 12 mars».

Au PDG, a déclaré son Secrétaire Général, «l’heure est plutôt à la réflexion et la sobriété. C’est pourquoi nous avons privilégié les offices religieux dans toutes les confessions et sur l’ensemble du territoire national, pour la Présidente d’Honneur de l’Union des Femmes du Parti Démocratique Gabonais. C’est le moyen de manifester notre solidarité et notre soutien au Président Fondateur de notre Parti».

A cet effet un programme d’offices religieux a été conçu, qui prévoit des célébrations au sein de toutes les confessions religieuses sur toute l’étendue du territoire national.

Autre temps fort du discours du Secrétaire général du PDG, l’allusion à une meilleure interaction du parti au pouvoir avec le gouvernement.

Rappelant que « le Parti a atteint une importante étape dans son processus d’évaluation et de maturité politique », Faustin Boukoubi est revenu sur une des principales recommandations du 9ème congrès du parti au pouvoir : « nous avons décidé de faire de notre formation politique, une source d’inspiration, une force de mobilisation, de propositions, de suivi, d’évaluation, de promotion et de réorientation éventuelle de l’action gouvernementale, afin que soit résolument mise en œuvre la politique des actes définie par le Président de la République ».

C’est dans cet esprit que, dans le programme des activités au titre de ce 41ème anniversaire, le Bureau politique a mis l’accent sur la réflexion prospective et analytique en inscrivant, dans l’agenda des manifestations pour samedi 14 mars, deux conférences-débats: « Le rôle du Parti majoritaire dans la gouvernance d’un pays en développement » et « L’abstention des électeurs et les candidatures indépendantes : deux faces d’une même pièce ? ».

Ce dernier thème est en étroit rapport avec le « syndrome » de certains militants du PDG qui, n’ayant pas reçu « l’onction » des instances idoines, ont, soit présenté des candidatures « indépendantes », soit contrecarré et subtilement combattu celles qui avaient été retenues. Il en est résulté des situations inconfortables pour la hiérarchie du Parti.

Dans son allocution mercredi soir, Faustin Boukoubi a annoncé « la prise immédiate des sanctions à l’encontre des camarades qui se sont signalés à travers des actes d’indiscipline et de sabotage lors des dernières locales. Ces sanctions vont également s’appliquer avec la plus grande rigueur après examen des cas recensés pendant les sénatoriales ».

La solidarité avec les moins nantis a été affirmée : «nous avons voulu privilégier également l’esprit de partage et de proximité avec ceux-là qui en ont particulièrement besoin», a souligné le secrétaire général du PDG, qui a révélé qu’une remise de don de médicament sera faite, ce jeudi en début d’après-midi, à l’hôpital militaire de Libreville et aux centres de traitement ambulatoire (CTA) implantés dans les neuf provinces du Gabon.

Revenant sur «l’acharnement judiciaire et médiatique» dont a fait l’objet le chef de l’Etat gabonais par des médias français ces trois dernières semaines, M. Boukoubi a estimé qu’il «ne doit pas nous distraire des véritables enjeux de notre pays qui sont la paix et le développement durable, objectifs dans lesquels s’inscrit la politique de notre Président Fondateur».

Une déclaration du Bureau Politique du PDG avait fustigé cette «cabale infâmante» et préconisé, en riposte aux allégations du porte-parole du Ministère français des affaires étrangères relatives à la «liberté de la presse» en France, une révision des accords liant celle-ci au Gabon.

Sur ce sujet, la tendance est désormais à l’apaisement. L’Ambassadeur de France au Gabon, reçu en audience mercredi par le président Bongo Ondimba, a déclaré à sa sorite d’audience que des initiatives seront prises par le gouvernement français pour «sauvegarder la relation si forte et privilégiée» entre les deux pays.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES