spot_imgspot_img

Gabon : La DGCC intercepte 17 000 bouteilles de fausse eau de javel

Suite aux plaintes déposées en novembre 2008 par des consommateurs, la Direction générale de la consommation et de la concurrence (DGCC) a intercepté le 12 mars dernier quinze conteneurs de bouteilles d’eau de javel contrefaites qui ne contiennent aucun produit actif. Les enquêtes menées par la DGCC a permis de démanteler un vaste réseau de contrefaçon. Les produits déjà introduits sur le territoire national ont commencé à être retirés du marché et la marchandise saisie est sur le point d’être réexpédiée vers son port d’origine.

Un réseau d’acheminement et de distribution de fausse eau de javel sur le territoire national vient d’être démantelé par la Direction générale de la consommation et de la concurrence (DGCC).

Les enquêtes diligentées par ses agents suite aux plaintes déposées en novembre dernier par des consommateurs ont permis à la DGCC d’intercepter le 12 mars dernier un important stock de bouteilles d’eau de javel contrefaite.

Quinze conteneurs contenant 17 000 bouteilles d’eau de javel contrefaites ont été saisis au port Antares d’Owendo, à la périphérie Sud de Libreville. La DGCC a affirmé que cette cargaison en provenance d’un pays voisin était destinée au marché local. Elle est sur le point d’être réexpédiée en totalité vers son port d’embarquement.

Les plaintes déposées par les consommateurs témoignaient que les bouteilles d’eau de javel achetées sur le marché local ne présentaient pas de numéros de lots, ni de date de péremption, et que le liquide qu’elles contenaient ne présentait aucun pouvoir actif.

Le réseau de distribution de ces produits démantelés a permis aux agents de la DGCC de commencer à retirer systématiquement ces produits du marché.

Le directeur adjoint de la Consommation, Josette Mezui Obame, a expliqué que les enquêtes menées par son département avaient permis de « constater que plusieurs produits vendus sur la marché national ne contenaient qu’un produit inodore et incolore. C’est-à-dire inactif par rapport au pouvoir désinfectant que détient l’eau de javel ».

Elle a ajouté que « plusieurs de ces produits avaient un étiquetage non-conforme à la réglementation. Ils n’avaient pas de numéros de lot, pas d’étiquetage, pas de date de fabrication ».

« Chaque consommateur devrait dorénavant vérifier l’étiquetage et la date de péremption du produit avant tout achat [et] (…) s’assurer par l’odeur que le produit est bien de l’eau de javel. Et dans le cas contraire, se rapprocher du vendeur ou nous joindre à notre numéro vert : 07-53-14 », a conclu le directeur de la Consommation, Pepecy Ogoulinguéndé.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES