spot_imgspot_img

L’Union africaine suspend Madagascar

L’Union africaine (UA) a suspendu, vendredi 20 mars, Madagascar de ses instances après la prise du pouvoir par l’opposant Andry Rajoelina. « Le conseil estime que ce qui s’est produit à Madagascar entre dans la définition d’un changement de gouvernement non constitutionnel », a déclaré l’ambassadeur du Burkina Faso, Bruno Nongoma Zidouemba, président du conseil de sécurité de l’Union. « Le conseil a donc décidé de suspendre la participation de Madagascar aux instances et organes de l’UA. »

La Communauté pour le développement de l’Afrique australe avait déjà refusé, jeudi, de reconnaître le nouvel homme fort de l’île. M. Zidouemba estime que la remise du pouvoir par les militaires à Andry Rajoelina revient à un coup d’Etat, et ajoute que l’UA étudiera ultérieurement la possibilité d’imposer des sanctions.

« QUEL CRIME A ÉTÉ COMMIS ? »

Le chef du gouvernement transitoire nommé par M. Rajoelina, Roindefo Monja, a déclaré que son administration plaiderait son cas devant l’UA et la communauté internationale. « Qu’ont-ils à dire à propos d’une lutte pour la liberté et la démocratie ? Quel crime a été commis ? » s’est-il interrogé. « Nous expliquerons notre cause au monde entier (…). Le peuple a réclamé la liberté et les militaires se sont ralliés au mouvement populaire mais n’ont pas pris le pouvoir (…). Nous sommes sûrs que la communauté internationale comprendra. »

Le nouveau numéro un malgache, âgé de seulement 34 ans, a présidé jeudi son premier conseil des ministres et dissous l’Assemblée nationale et le Sénat. M. Rajoelina, qui a six ans de moins que l’âge légal pour être chef de l’Etat, doit prêter serment samedi prochain. Il s’est engagé à organiser des élections d’ici deux ans.

La communauté internationale a globalement réagi prudemment au changement de pouvoir à Madagascar. La Norvège a fait savoir qu’elle maintenait le gel de l’aide à Madagascar imposé cette semaine après l’arrivée au pouvoir de M. Rajoelina. La France a déclaré qu’elle poursuivrait son aide, même si elle a jugé trop long le délai de deux ans pour organiser des élections. A Washington, le département d’Etat a jugé « non démocratique » le transfert du pouvoir à Antananarivo.

LEMONDE.FR avec Reuters

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES