spot_imgspot_img

Gabon : Franceville valorise les nouvelles techniques agricoles

L’Institut national supérieur d’agronomie et de biotechnologie (INSTAB) de Franceville vient d’organiser la première conférence sur les perspectives de valorisation des techniques de production agricole en Afrique. Ces travaux ont permis aux étudiants gabonais de découvrir les secteurs du développement agricole qui sont encore négligés dans le pays, notamment l’apiculture ou l’arboriculture, et qui pourrait participer à la création d’emplois et la sécurité alimentaire.

Au terme des travaux de la première conférence sur les perspectives de valorisation des techniques de production agricole en Afrique qui se sont tenus les 11 et 12 avril derniers à Franceville, les organisateurs de l’Institut national supérieur d’agronomie et de biotechnologie (INSTAB) ont salué les fruits de ces assises qui pourraient permettre de développer de nouveaux secteurs pour le développement agricole dans le cadre des défis de l’autosuffisance alimentaire et de la lutte contre la pauvreté.

Le directeur général de l’INSAB, rattachée à l’Université des sciences et techniques de Masuku (USTM) de Franceville, le professeur Benoît Boukila, a déclaré qu’il fondait beaucoup d’espoir sur les travaux de cette conférence.

«En organisant cette conférence, nous voulions ouvrir aux étudiants de l’INSAB la pratique quotidienne des domaines agricoles qui ne se font pas au Gabon ou qui ne sont pas valorisées», a-t-il expliqué.

«Ces domaines sont très importants dans le secteur du développement agricole, générateurs d’emplois et de bénéfices, tels que l’apiculture, l’arboriculture ou simplement la pisciculture», a indiqué monsieur Boukila.

Les organisateurs de l’INSTAB ont par exemple expliqué que si le Mali, qui est un pays sahélien, exporte pour plus d’un milliard de mangues par année, le Gabon, qui a un climat adapté, pourrait faire mieux.

Ces travaux ont permis de confronter les expériences des conférenciers aux connaissances jusque-là acquises par les étudiants durant leur cursus.

Dans le secteur de l’apiculture également, le Gabon dispose d’un espace appelé «forêt des abeilles», qui pourrait servir pour la culture de l’espèce et produire du miel dont les vertus sont à ce jour innombrables et pourrait être à la base du lancement de plusieurs industries (bougies, cirage, thérapies, etc.).

Les autres communications de la conférence, notamment sur la pisciculture, l’élevage porcin, la production de cacao et de café, mais aussi la création et la gestion d’une entreprise agricole dans un contexte typiquement africain, ont mis en lumière le potentiel local du développement agricole.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES