spot_imgspot_img

Gabon : Ntoutoume Emane fait le ménage sur la chaussée

Le maire de Libreville, Jean François Ntoutoume Emane, a officiellement lancé le 20 avril dernier l’opération d’enlèvement de quelque 3000 épaves qui jonchent les artères de la capitale gabonaise. L’opération «route propre», pour laquelle l’édile a équipé ses équipes de camions grues spéciaux, doit également permettre de sanctionner les automobilistes qui stationnent illégalement sur la chaussée.

Le maire de Libreville poursuit ses opérations d’assainissement et de viabilisation de la ville avec l’opération «route propre» qu’il a officiellement lancé le 20 avril dernier.

Cette opération doit permettre aux agents municipaux de procéder à l’enlèvement des quelque 3000 épaves de véhicules qui ont été recensées le long des routes qui sillonnent la capitale gabonaise.

«Il y a plus de 3000 épaves, et il y en a qui jonchent nos voies depuis des années, depuis même une décennie elles sont là. Nous avons décidé de les enlever», a rappelé Jean François Ntoutoume Emane.

Le 25 février dernier, l’édile de Libreville avait réceptionné des camions remorqueurs dédiés pour cette opération, pour laquelle «nous avons déjà identifié deux fourrières provisoires vers Okala, à Avorbam, et Ambowé», a ajouté Jean François Ntoutoume Emane.

«Les épaves qui sont vraiment épaves, nous les stockeront dans des fourrières. Ceux qui veulent acheter la ferraille vont l’acheter. Mais les voitures valides seront stockées soit à la mairie du 6e arrondissement, soit à la mairie 2e arrondissement et du 5e arrondissement, où les propriétaires viendront libérer leurs voitures moyennant une amende», a-t-il précisé.

L’opération «route propre» devrait aussi permettre aux agents municipaux de prévenir le stationnement abusif de certains véhicules, notamment dans le centre ville, à l’aéroport, dans les marchés ou au bord de mer.

«Ceux qui vont continuer à s’amuser à garer leurs voitures sur les terre-pleins, nous avons des sabots de Denver, ou bien avec la petite voiture que vous avez vu en opération, ils retrouverons leurs voitures en sortant du restaurant à la mairie centrale», a ajouté le maire de Libreville.

A peine quelques mois après l’opération «Libérez nos trottoirs» qui avaient amené les agents municipaux à déloger les commerçantes qui exposaient le long de la chaussée dans les différents quartiers, Ntoutoume Emane s’attaque maintenant aux carcasses qui jonchent le bord des routes.

Si la première opération n’avait pas rencontré l’assentiment des populations au regard des failles dans la prévoyance des infrastructures de replacement, cette nouvelle opération pourrait également se heurter au mécontentement des automobilistes de Libreville qui pourraient légitimement dénoncer le déficit majeur de parking dans la ville qui justifie le stationnement anarchique qu’elle subi.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES