spot_imgspot_img

Gabon: Les membres des syndicats dénoncent avec fracas l’attitude des dirigeants

Le président du syndicat de la première chaine de radio et de télévision gabonaise (SPC), Olivier Bakenda Mbadinga a été destitué et celui de des agents du ministère de la fonction publique et de la réforme administrative (synafropra), M. Lézin Odouma Nguili a été contraint d’abandonner une partie de ses prérogatives pour avoir signé, à l’insu des membres, le document relative à l’observation d’une accalmie sociale pendant trente mois.

La démission du M. Bakenda Mbadinga, demandée à l’unanimité au cours d’une assemblée, est la suite que les agents de la radio et de la télévision gabonaise chaine (RTG1) donne à leur président du syndicat pour signer mercredi dernier avec le chef du gouvernement, le premier ministre Jean Eyeghe Ndong le protocole d’accord portant sur  » l’accalmie sociale » pendant trente mois.

L’Assemblée générale a estimé que le président du syndicat n’a pas obtenu l’autorisation des syndiqués avant d’aller parapher, pour une durée de 30 mois, ce document officiel susceptible d’apporter une accalmie sur le front social en ébullition depuis plusieurs mois.

John Wilfrid Segalt a indiqué que ‘’le président du syndicat du SPC a posé un acte délictuel en allant signer discrètement ce dument qui va inféoder le syndicat au gouvernement’’.

L’assemblée a jugé que ‘’cette décision grave, qui est une violation flagrante du règlement intérieur du SPC, est de nature à nuire aux négociations en cours avec la tutelle’’.

M. Bakenda Mbadinga, qui reconnait implicitement les faits reprochés, explique qu’ ‘’il a agi dans le seul intérêt des hommes de médias souvent marginalisés par l’administration’’

Les membres du SYNAFOPRA ont, par contre, accordé des circonstances atténuantes à leur président en le laissant conserver son poste mais avec un champ d’action réduit.

Le président du SYNAFOPRA, qui a reconnu avoir signé le document sur l’accalmie sociale sous pression, s’est engagé devant les syndiqués à ‘’ne pas prendre part aux travaux des commissions qui sortiront de ce protocole d’accord’’

Certains syndicats n’ont pas trouvé élégant l’attitude et le rôle joué par le gouvernement en faisant signer mercredi dernier à l’immeuble Arambo avec des organisations et mouvements syndicaux sans envergure sur le plan national une accalmie sociale de trente mois.

Le président de l’Union des syndicats de l’administration publique, parapublique et privée (USAP), M. Fridolin Mvé Messa a, par exemple, refusé la proposition du gouvernement d’observer une accalmie sociale dès l’annonce de la signature du document.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES