spot_imgspot_img

Défi gabonais

La mort du président gabonais Omar Bongo, pivot de l’influence française sur le continent africain, met Paris au défi : l’ancienne puissance coloniale sera-t-elle capable de se tenir à la bonne distance dans la bataille pour la succession du »doyen de l’Afrique » ? De la réponse à cette question dépend la crédibilité de la France, mais aussi la paix civile au Gabon.

L’affaire n’est pas aisée, tant ce pays apparaît comme une caricature de ces liens incestueux et de cette fausse indépendance de la « Françafrique ». Pendant les décennies de règne d’Omar Bongo, la France a soutenu un régime autoritaire et prédateur, sans pitié pour les opposants, dont les barons ont capté les dividendes du pétrole, arrosé les partis politiques français, massivement investi dans l’immobilier de luxe à Paris et laissé le peuple dans la misère. Sortir de cette complicité ne sera pas simple non plus, tant sont ambivalentes les attentes à l’égard de la France, dont les Gabonais attendent la protection et l’aide, tout en refusant l’ingérence.

Nicolas Sarkozy, en affirmant à Libreville que « la France n’a pas de candidat » pour l’après-Bongo, a prononcé de justes paroles. La mort du vieux potentat a ouvert d’immenses espoirs au sein d’une population qui, satellite et Internet aidant, sait parfaitement qu’elle vit en dehors des normes de la démocratie.

Mais la promesse de neutralité du président français masque des réalités plus inquiétantes. M. Sarkozy entretient des relations avec deux des enfants d’Omar Bongo, dont Ali, candidat à la succession, qu’il a reçu à l’Elysée en décembre, alors que chacun connaissait déjà la dégradation de l’état de santé de son père. Le président de la République utilise aussi les services de Robert Bourgi, dernier héritier des réseaux gaullistes de Jacques Foccart, qui se présente volontiers comme faiseur de roi. Or celui à qui M. Sarkozy donne du « cher Robert » a mis son entregent au service d’Ali Bongo.

Cette réalité, s’ajoutant à d’autres épisodes, renvoie au rayon des illusions perdues nombre de promesses parisiennes de rompre avec les mauvaises habitudes de la France dans ses ex-colonies. Mais elle est surtout porteuse de violences potentielles, car la population gabonaise n’a nullement l’intention de se laisser imposer – par Paris ou qui que ce soit d’autre – une succession héréditaire de type monarchique. Que la France poursuive ce double langage, et le Gabon risque de s’ajouter à la Côte d’Ivoire ou au Togo sur la liste des dérapages africains sanglants. Le défi est, précisément, de l’éviter.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES