spot_imgspot_img

Gabon : Menga séquestré par les enseignants stagiaires

Le ministre de l’Education nationale, Michel Menga, a été pris en otage le 2 juillet dernier au siège du ministère de tutelle où près d’un millier d’enseignants stagiaires ont fermé l’entrée principale du bâtiment où il travaillait. Les stagiaires de Menga réclamaient leurs bons de caisse pour percevoir leur prime incitative, conformément aux dispositions prises par le défunt chef de l’Etat, et n’auraient pas apprécié le nouveau délai imposé par le patron du département.Année noire pour Menga ! Après la grève record, près de 9 mois, des agents de son secteur, le record de négociations, le record de prorogation des délais, c’est la personne physique du ministre de l’Education nationale qui a fait les frais des dysfonctionnements administratifs de son département.

Les enseignants stagiaires de l’Ecole normale supérieure (ENS) et de l’Ecole nationale des instituteurs (ENI), près de 1000 personnes au total, se sont rendues le 2 juillet dernier au ministère de l’Education nationale pour retirer leurs bons de caisse permettant le paiement de la prime incitative.

les stagiaires de l’enseignement technique (ENST), des écoles catholiques, des alliances chrétiennes et de l’ENI de Franceville avaient déjà perçu leur prime.

Sur les lieux, ils ne trouveront que des explications qui ne parvenaient pas à calmer leur colère, brandissant le fait que cette disposition ait été prise par le défunt chef de l’Etat.

Le ministre Michel Menga aurait alors proposé une réunion avec les porte-paroles des enseignants stagiaires et une commission mise en place sur le vif. De ces travaux, il ressortira que le patron ait vaguement déclaré que «tous les ayant-droits percevront leurs primes, mais sans préciser la date», rapporte le porte-parole, Jean Yves Mombo.

«Il nous a demandé d’attendre le retour de son collègue des Finances, actuellement hors du Gabon, pour régler la situation», a ajouté monsieur Mombo.

Insatisfaits des explications fournies par la tutelle, les enseignants stagiaires ont envahi l’esplanade du ministère de l’Education nationale et bloqué les deux entrées du bâtiment.

«On nous balade du ministère des Finances à celui de l’Education nationale. Aujourd’hui ils vont nous signifier où se trouvent nos bons », ont grondé les enseignants stagiaires.

Ce n’est qu’en début de soirée que les grévistes ont libéré les lieux, se dévidant dans la rue où ils ont continuer de manifester en marchant.

La grogne de ce jeunes enseignants est survenue alors que la grève du Syndicat national des personnels de l’Education nationale (SYNAPEN), ont déclenché également leur mouvement de grève.

Parmi les revendications du SYNAPEN figurent l’augmentation de la prime de logement de 75 000 F.CFA à 150 000 F.CFA pour la catégorie A, de 45 000 F.CFA à 100 000 F.CFA pour la catégorie B, et de 18 000 à 60 000 F.CFA pour la catégorie C, ainsi que la redistribution des ressources générées par les activités propres au MENIC (organisation des examens et concours, certificats médicaux et légalisation des diplômes).

Ces mouvements interviennent au moment où se déroulent divers concours et examens dont le BEPC et le Baccalauréat, session 2009.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES