spot_imgspot_img

Gabon : Laure Olga Gondjout rassure la presse internationale

Laure Olga Gondjout, ministre de la Communication et porte-parole du candidat Ali Bongo Ondimba, a reçu l’ensemble de la presse internationale présente au Gabon en vue de la couverture de l’élection présidentielle du 30 août prochain. « Le Figaro », « Le monde », « L’Humanité », « Africa international », RFI, 3 A Télésud, RFO, Equinoxe TV, France 3, Africa 24, l’Agence Chine nouvelle et quelques organes de presse locaux étaient présents à cette rencontre.

Il s’agissait pour la ministre de la Communication de préciser l’annonce faite, le 27 août, par le gouvernement gabonais qui stipulait que les bureaux de vote ne seront accessibles aux journalistes « que de manière passagère, à l’occasion du vote de telle ou telle personnalité », mais pas pour « y séjourner de façon permanente ».

Laure Olga Gondjout a donc expliqué que les journalistes pourront rester aux abords des bureaux de vote mais pas à l’intérieur. Ils pourront effectuer leur travail à l’intérieur des bureaux mais ne pourront y rester longtemps. La ministre de la Communication a également précisé que le président d’un bureau de vote en est le seul maître et tant que la présence de la presse ne le gène nullement, il ne saurait la repousser.

Des dispositions ont été prises concernant la couverture du dépouillement du scrutin : une salle de presse sera aménagée dans les locaux du ministère de la Communication à partir de laquelle la presse pourra suivre l’évolution des résultats qui seront communiqués à ce ministère, au fur et à mesure, par la Commission électorale nationale autonome et permanente (CENAP).

Des organisations de défense de la presse sont montées au créneau la veille pour dénoncer ce que Reporters Sans Frontières (RSF) a qualifié de « possible chape de plomb sur l’information autour de l’élection présidentielle ». L’Observatoire gabonais des médias (OGAM) a publié le même jour un communiqué en vue de protester contre les « menaces » sur la liberté de la presse.

La couverture médiatique du scrutin de dimanche reste en effet très encadrée. La ministre de la Communication a expliqué que les autorités gabonaises ne souhaitent pas que la presse «soit l’étincelle», en publiant par exemple un résultat qui serait donné par un candidat et non par la CENAP.

Exprimez-vous!

  1. qu’est ce que la lesbienne peut bien dire. elle ne peut pas fermer ses fesses ? là où les hommes parles les putent s’activent aussi, la politique n’est pas une séance de masturbation, la vache.

  2. lore olga,tu veras apres les elections,tu seras sanctionnée comme tous ceux qui sont avec toi apres ces élections,y a la prison qui vous attend tous ou meme pire!!!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES