spot_imgspot_img

Gabon : Les PME réclament l’encadrement de l’Etat face à la concurrence étrangère

Pour faire face à une concurrence des grandes entreprises, les responsables des Petites et moyennes entreprises (PME) ont sollicité l’encadrement du gouvernement lors de leur entretien avec le premier ministre. Cette concertation intervient après l’annonce du chef du gouvernement qui avait indiqué que «la passation des marchés publics au Gabon allait désormais s’ouvrir à une concurrence des promoteurs étrangers».
Lors de leur séance de travail du 22 janvier avec le premier ministre, Paul Biyoghe Mba, les responsables des Petites et moyennes entreprises (PME) ont appelé l’attention du gouvernement à jeter un regard aux difficultés auxquelles ils sont confrontés.

Les opérateurs économiques demandent notamment au gouvernement de sécuriser leur activité, notamment face à la menace des entreprises étrangères dans le domaine de passation des marchés publics.

«Les PME gabonaises sont encore fragiles et donc l’encadrement s’avère indispensable», expliquent les promoteurs du secteur bâtiment.

«La question de la circulation de l’information en matière de publication des appels d’offres est un fait cruciale dans l’application de la transparence concernant la passation des marchés publics, parce que cela permet de mettre toutes les sociétés des BPT au même pied d’également», ont-t-ils poursuivi.

Au cours de leur rencontre avec Paul Biyoghe Mba, les opérateurs économiques ont également abordé le problème lié au «manque de confiance des banques locales. Il est difficile aux PME gabonaises non seulement de faire face à certaines de leurs tâches mais également de pouvoir s’affirmer sur le plan concurrentiel», pensent les promoteurs.

Dans le même sens, la pratique exorbitante du taux d’intérêt que les banques appliquent au quotidien, a également été évoqué. Les PME demandent à cet effet à Paul Biyoghe Mba de jeter un regard sur «le code d’attribution des marchés publics en tenant compte des disparités qui existent entre les PME gabonaises et certaines sociétés bien outillées financièrement».

Paul Biyoghe Mba à quant à lui mis en avant «la volonté du chef de l’Etat à voir les PME gabonaises se développer», expliquant que «l’appel d’offre est le mode par excellence de la passation des marchés publics». Déplorant l’écart prévalant entre les marchés obtenus par entente directe qui ont un taux de 70% et 30% pour les appels d’offre, le chef du gouvernement a promis régulariser cette situation.

«La passation des marchés se fera désormais de façon transparente à travers la publication des appels d’offre. Mais cette mesure exigera que les entreprises soient citoyennes c’est-à-dire que ces PME devraient être régulièrement enregistrées dans les différentes caisses», a-t-il expliqué.

Les promesses du premier ministre semblent rassurantes. Mais réserver d’office des parts de marchés aux PME gabonaises dans les différents chantiers de l’Etat, constituerait une alternative beaucoup palpable et sécurisante pour ces opérateurs économiques.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES