spot_imgspot_img

Mea-culpa des agents du ministère de la Culture et des Sports pour les manquements observés en 2009

Les agents du ministère de la Culture et des Sports, par l’entremise du Secrétaire général, Alexandre Désiré Tapoyo, ont fait leur mea-culpa au siège de l’institution, au ministre, René Ndemezo’o Obiang, et au peuple gabonais pour n’avoir pas adhéré à la vision d’une administration cohérente, unie et compétente, durant l’année 2009, ce mardi à l’occasion de la cérémonie de présentation de vœux au ministre.

« Mea-culpa, Mea-culpa ! Pardonnez-moi, car j’ai péché ! Oui monsieur le ministre, notre administration dont nous avons la charge, a péché. Et pour être conforme à notre culture d’africains, nous ne pouvons pas envisager sereinement l’avenir, sans toutefois soulager notre conscience », a déclaré Alexandre Désiré Tapoyo.

Poursuivant son propos, il a ajouté que, « l’administration de la Culture, de la Jeunesse des Sports et des Loisirs reconnaît, à travers ces dernières paroles, ses fautes. Nous avons déçu le peuple gabonais, nous vous avons déçu en n’adhérant pas à la vision d’une administration cohérente, car malgré la confiance et les moyens, certes modestes, mis à notre disposition en 2009, nous n’avons pas atteint la moitié des objectifs que nous nous étions fixés, en matière de progression et de développement durable ».

Pour les agents de cette institution, les services ne sont pas correctement organisés, le manque de respect de la hiérarchie est le maître-mot, manque d’unité entre les services, ce qui est à l’origine de la lenteur administrative constatée, mais aussi dans l’élaboration des différents projets du ministère.

« Nous n’avons pas été unis et solidaires, car nous avons eu la maladresse de considérer et de dire par exemple : « je ne dépends pas du cabinet » ou alors « je n’ai d’ordres à recevoir que du ministre » après donc une remise en question général, cette administration a pris la résolution pour l’année 2010 de ne « pas trahir l’Etat, pas trahir le peuple » encore moins le ministre.

Dans sa réaction, le ministre a précisé que « le ministère de la Culture, de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs est un ministère clef, voire fondamental, dans la mise en œuvre de la politique d’émergence. Nous devons non pas nous tenir au milieu ou à la queue, dans la mise en œuvre de cette politique, mais nous devons chercher à en prendre la tête. C’est à nous d’inculquer l’instruction civique, de développer l’éducation populaire, de mettre en valeur toutes les vertus qu’un citoyen du 21ème siècle doit avoir pour tirer vers le haut son pays. C’est donc une tâche exaltante qui est confiée à notre ministère ».

Aussi, n’a-t-il pas hésité de dire au secrétaire général d’avoir été trop dur avec lui-même et les autres agents de l’institution, vu que quelques choses à tout de même été faite. Mais adhère aisément aux propos de celui-ci lorsqu’il prend l’engagement de ne ménager aucun effort dans l’accomplissement des défis de cette année.

« Au cours de cette année 2010, monsieur le secrétaire général, nous allons donc devoir faire en sorte que ce rôle phare qui doit être celui de notre ministère soit correctement tenu et entièrement », a-t-il indiqué.

A ce sujet, le ministre a rappelé les défis immédiats qui attendent cette institution et qui doivent être tenus et organisés avec professionnalisme parmi lesquels, la fête des cultures, qui se tiendra la même année que celle prévue pour le cinquantenaire du pays c’est-à-dire 2010.

Sur le plan sportif, les politiques permettant que la CAN 2012 soit une grande fête pour la jeunesse et l’Afrique sont plus que primordiales pour le ministre et l’ensemble du gouvernement et bien entendu le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba, qui a pris personnellement l’engagement de l’organisation, par le Gabon et la Guinée Equatoriale de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2012.

Un présent (sculpture en bois représentant un Pangolin) a été offert au ministre au nom de tous les agents de l’institution afin de réaffirmer leur total engament pour cette année 2010.

Parmi les structures sous tutelle du département que dirige René Ndemezo’o Obiang, figurent 17 fédérations sportives, l’Institut National de la Jeunes et des Sports (INJS), l’Ecole Nationale d’Arts et Manufactures (ENAM), l’Agence Nationale de la Promotion Artistique et Culturelle (ANPAC), le Musée d’Arts et Traditions.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES