spot_imgspot_img

Gabon : La Banque mondiale améliore la performance de ses projets à Libreville

Le représentant de la Banque mondiale au Gabon, Olivier Fremond, et le conseiller économique du ministre de l’Economie, Jean Philippe Ndong Biyogho, ont ouvert le 3 février à Libreville les travaux de revue à mi-parcours des opérations financées par la banque dans le pays. Ce travail doit permettre d’identifier les actions concrètes à mener pour améliorer la performance des projets financés par les Banque Mondiale au Gabon.

Une séance de travail visant à identifier les actions concrètes à mener pour améliorer la performance des projets financés par les Banque Mondiale au Gabon s’est ouverte le 3 février dernier à Libreville avec le représentant local de l’institution, Olivier Fremond, et le conseiller économique du ministre de l’Economie, Jean Philippe Ndong Biyogho.

Cette opération qui doit s’achever le 5 janvier prochain s’inscrit dans le cadre de la revue à mi-parcours des opérations financées par la banque dans le pays.

«A travers cet exercice, nous allons examiner les données générales des projets, les résultats et les réalisations effectuées à ce jour, identifier les obstacles liés à leur mise en œuvre et proposer des solutions pertinentes concrètes en vue d’améliorer l’impact de nos interventions et actions dans le pays. C’est un exercice conjoint qui rassemble tous les acteurs et parties prenantes dans la mise en œuvre des projets et activités financées par la Banque mondiale au Gabon», a expliqué le représentant de la Banque mondiale au Gabon, Olivier Fremond.

«A l’issue de cette revue, un nouveau chronogramme d’activités devra être arrêté pour chaque projet. Ce nouveau chronogramme devra tenir compte non seulement des aléas éventuels survenus ces derniers temps, mais également des possibilités budgétaires et de l’impérieuse nécessité d’exécuter les différents programmes dans les détails requis pour éviter tout surcroit et tout dépassement budgétaire», a poursuivi Jean Philippe Ndong Biyogho.

Cette revue est également destinée à évaluer l’impact de lenteur dans le décaissement des fonds pour la réalisation des projets, due à la méconnaissance des procédures mises en place par la Banque Mondiale. Selon les intervenants, c’est le manque de capacités des agents publics en charge du suivi de ces projets qui est mise en avant.

En témoigne le projet de développement des infrastructures locales des quartiers sous intégrés dans 5 villes du pays à savoir Libreville, Port-Gentil, Lambaréné et Oyem, où seulement près de 6 milliards de francs CFA ont été dégagés, soit 35%, alors que le projet prévoit une enveloppe de plus de 16 milliards de francs CFA.

La Banque mondiale prépare par ailleurs la prochaine Stratégie d’appui au pays (CAS) pour le Gabon, qui devrait être dévoilé au courant de cette année. Selon certaines sources, l’enveloppe de ce CAS devrait se situer à près de 25 milliards de francs CFA. Le précédent CAS qui a démarré en 2005, devrait prendre fin cette année.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES