spot_imgspot_img

Economie : Addax Gabon prêt à investir dans le secteur gazier

Le directeur général de ce groupe pétrolier canadien, Philippe Demeur de la société Addax Gabon, filiale du groupe pétrolier canadien Addax Petroleum a exprimée, vendredi au sortir d’une audience avec le ministre des Mines, du Pétrole et des Hydrocarbures, Julien Nkoghe Bekalé, de mener d’importants projets miniers au Gabon, notamment dans le domaine de l’exploitation gazière.

‘’Les priorités d’Addax pour les années à venir peuvent se résumer en exploration et en production. Pour l’exploration, nous allons nous appliquer pour certains blocs. Nous participerons aussi à l’appel d’offres de mai prochain. Et pour la production, nous avons déjà des champs de développement de production, par exemple sur Tsiengui.

Nous allons dans les deux prochaines années commencer un projet gazier, en fait pour être en accord avec les lois et directives du gouvernement gabonais à propos du torchage du gaz. Ces investissements se chiffreront à plusieurs centaines de millions de dollars américains. Nous sommes ici pour le long terme’’, a déclaré le nouveau directeur général d’Addax, Philippe Demeur, au sortir d’une audience vendredi dernier avec le ministre des mines, du pétrole et des hydrocarbures, Julien Nkoghe Bekale.
M. Demeur a profité de l’occasion pour évoquer avec le ministre Nkoghe Bekale de la situation générale d’Addax Gabon, ses projets pour les années à venir et l’avenir de l’industrie gabonaise en général. Il s’est dit prêt à travailler une fois de plus au Gabon, où il revient 10 ans après, avec un programme d’exploration et de production pour l’industrie du Gabon et pour la société. Il a admis que l’année 2009 écoulée a été très difficile pour Addax Gabon, mais compte définitivement rompre avec ce vécu pour ne regarder que vers l’avenir.

‘’Personnellement, je me tourne vers l’avenir. C’est ce que j’ai dit aux autorités de la République. On se tourne maintenant vers 2010. C’est un nouveau départ’’, a-t-il précisé, promettant d’instaurer un nouveau climat au sein de la société, de conscientiser le personnel, de redonner confiance à tous, en vue de relever ensemble les défis relatifs aux projets à réaliser à court, moyen et long terme, bénéfiques pour Addax et le Gabon.
A propos de la dégradation de l’environnement dont sa société serait accusée, M. Demeur a indiqué que des enquêtes internes sont en train d’être menées avec les délégués du gouvernement, et que des programmes de restauration ont été conçus, concernant notamment le recouvrement des bourbiers et le traitement des eaux utilisées. En outre, des déchets de forage seront traités sur place, avant d’être acheminés ou réutilisés pour les différentes opérations.

Selon le Directeur général d’Addax Gabon, c’est un travail de longue haleine qui va être progressivement fait en vue de préserver l’environnement. Etant donné l’importance de la question de la préservation de l’environnement, le patron d’Addax entend rompre avec le torchage du gaz. Ce procédé, selon des spécialistes, consiste à brûler le gaz issu de la production pétrolière.

Il constitue non seulement un gaspillage d’énergie, mais provoque également des dommages sur l’environnement et la santé humaine. D’où cette pratique est fort décriée en vue d’être remplacée par des procédés plus modernes qui ne nuisent pas à l’environnement.
‘’Il n’y a aucun problème. Tout le monde est d’accord pour travailler ensemble. Nous bénéficions de la confiance du ministre des mines et nous allons travailler pour mériter cette confiance’’, a promis le DG d’Addax. Ce projet a été arrêté lors du séminaire tenu début juin dernier à Libreville, visant entre autres à réfléchir sur le potentiel du gaz naturel gabonais.

‘’Le Gabon présente un potentiel en gaz naturel peu connu et donc insuffisamment développé et en produit des volumes relativement faibles dont une grande quantité est brûlée en torchère’’, avait alors expliqué le ministre Nkoghe Bekalé, lors d’un précédent séminaire sur les mines à Libreville.
Les réserves prouvées de gaz naturel au Gabon étaient de 32,59 milliards de mètres cubes en 2008. Avec un rendement énergétique élevé et des avantages environnementaux qui le rangent parmi les énergies propres, le gaz naturel a un bel avenir ; sa demande a augmenté en moyenne de 2,5% par an au cours de ces dix dernières années. La promotion de son exploitation devrait permettre d’en faire un des leviers importants de l’économie nationale, notamment dans le cadre des mécanismes de développement propres pour lutter contre le changement climatique.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES