spot_imgspot_img

Gabon/Maroc : Des zones d’ombre apparaissent dans des questions de privatisations

De nombreuses autres questions ont fait l’objet d’échange, lors du séjour du président Ali Bongo Ondimba au Maroc, à Tanger et Rabat entre le Gabon et le Maroc, des préoccupations qui devraient également pouvoir d’ici là trouver un début de solution. C’est du moins ce qu’espèrent de hauts cadres marocains et gabonais au fait de ces dossiers. Parmi ceux-ci, il y a notamment celui relatif à la privatisation apparaissant comme un des points noirs de ladite coopération.
Si rien n’a filtré sur ce point précis des échanges entre le président et le roi du Maroc, d’une part, et d’autre part, entre le président et le Premier ministre, Abbas Al Fassi, nul doute que le sujet était bien présent dans les esprits. L’évaluation faite de l’activité et les engagements des différentes parties, quatre ans après la privatisation de Gabon Télécom, méritait d’être faite lors de la première visite qu’effectuait le chef de l’Etat gabonais en terre marocaine, pour qu’il imprime et fasse partager sa vision sur ce dossier.
Pour mémoire, il faut rappeler que Gabon Télécom avait fait l’objet d’une convention de cessions d’actions entre l’Etat gabonais et le groupe Itisalat Al Maghrib signée le 09 février 2007 pour la privatisation de l’opérateur de télécommunication gabonais et sa filiale Libertis. Les deux parties avaient pris des engagements lesquels ont été respectés côté gabonais, à plus de 90%. Côté marocain, il n’y a guère eu l’investissement de près de 100 milliards de francs Cfa promis pour réhabiliter et moderniser les infrastructures au regard des désagréments constatés.

Selon certaines sources au fait du dossier, il était envisagé, sans que cette option ait été définitivement prise, une recapitalisation de l’entreprise par la vente d’une partie des actions de l’Etat à des privés pour permettre à l’opérateur de financer ses projets et de donc de se développer. Maroc Télécom devrait, tout aussi, devoir sérieusement se pencher sur les voies et moyens d’honorer ses engagements afin de dynamiser l’entreprise Gabon Télécom qui, il faut le rappeler, a engrangé de sérieuses entrées financières.
Les deux partenaires devraient éviter, en définitive, de s’accuser mutuellement. Une certitude : les sujets de préoccupations et les malentendus devraient amener les autorités des deux pays à s’engager résolument dans la recherche de solutions. Les relations entre Libreville et Rabat ayant toujours été marquées du sceau de l’excellence, de la compréhension mutuelle, de la régularité des visites, de la vision commune sur divers sujets politiques, économiques et différents domaines de la coopération bilatérale, le partenariat stratégique que préconise le président Ali Bongo Ondimba et le roi Mohammed VI, exige que Gabonais et Marocains posent des nouvelles bases.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES