spot_imgspot_img

Gabon : Le gouvernement veut calmer les ardeurs de la CONASYSED

Face aux nouvelles pressions opérées par la Convention nationale des syndicats du secteur éducation (CONASYSED), le gouvernement est monté au créneau le 8 avril pour «casser» ces pratiques qu’il estime illégales.
Dans un communiqué publié le 8 mars, le gouvernement a dénoncé l’illégalité dans laquelle s’inscrivent les revendications des enseignants de l’éducation nationale réunis au sein de la Convention nationale des syndicats du secteur éducation (CONASYSED).

«Toutes ces questions sont soulevées par les syndicats pour essayer de sortir du cadre légal dans lequel le gouvernement est désormais tenu de s’inscrire résolument, sauf laisser les syndicats cogérer l’Etat sur la base des pratiques informelles et notoirement en marge du droit», a fustigé le porte-parole du gouvernement, Séraphin Moundounga, également ministre de l’Education nationale.

La CONASYSED dénonce notamment le non paiement des salaires des mois d’octobre et novembre 2009 et de la Prime d’incitation à la fonction enseignante (PIFE) 2009 à certains ayant droits suite à des omissions ; la décision ministérielle exigeant des syndicats la communication des fiches d’adhésion de leurs syndiqués ; le refus du ministère de tutelle de constituer une commission de recensement des ayant droits à la PIFE, ou encore la non augmentation des primes de vacation, des points inscrits pourtant sur le cahier de charges de la CONASYSED.

Concernant le premier point, le gouvernement a instruit le ministère du Budget de ne payer aux intéressés que les indemnités et les allocations familiales, tout en précisant que les enseignants ayant indûment perçus le salaire des mois concernés seront soumis à des sanctions financières. Sur les PIFE, selon le gouvernement seules 196 réclamations sur les 598 seraient avérées.

Au chapitre de l’arrêté portant création, organisation et fonctionnement de la Commission administrative paritaires des secteurs éducation, formation et recherche, le gouvernement a rappelé que «désormais, seul le droit prime en mettant un terme aux pratiques informelles et illégales qui ne sauraient s’accommoder de l’objectif d’Emergence».

Le gouvernement a par ailleurs annoncé la préparation des états généraux pour «l’élaboration d’un plan de restructuration et de réorganisation du système éducatif et de recherche gabonais, allant du pré-primaire au supérieur, en passant par le primaire et le secondaire».

«A l’issue de ces états généraux, le Gabon se dotera d’un véritable schéma d’actions concertées, harmonieuses et structurées, en matière d’éducation, de formation et de la recherche, fruit du résultat d’une osmose dynamique», a conclu Séraphin Moundounga.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES