spot_imgspot_img

Gabon : Ressusciter la culture du cacao dans l’Ogooué Ivindo

Dans le cadre de la redynamisation des filières cacao et café dans la province l’Ogooué Ivindo, la Caisse de stabilisation et de péréquation (CAISTAB) a initie une vaste opération pour sensibiliser les populations locales, identifier et réhabiliter les plantations laissées à l’abandon.
Face à la baisse généralisée de la production du cacao dans le pays, la Caisse de stabilisation et de péréquation (CAISTAB) vient de mettre en place un plan de relance de la cacao-culture dans la province de l’Ogooué Ivindo.

«La pépinière de Mebome (à 9 km à l’Ouest de Makokou) est opérationnelle, c’est-à-dire que les plants de cacaoyers sont déjà disponibles. Que tous ceux qui souhaitent créer une cacaoyère se rapprochent de mes services», lançait récemment le délégué provincial de la CAISTAB, Raphaël Onguiti, dans le cadre de l’opération de repérages et de réhabilitation des sites de plantation.

«La province de l’Ogooué-Ivindo, traditionnellement, est l’une des provinces phares de la production du café et du cacao. Mais cette production a baissé autant au niveau provincial que national (…) parce qu’il fut un moment où l’Etat ne pouvait plus assurer ses missions régaliennes que sont l’achat et l’exploitation de ces deux produits», a expliqué Raphaël Onguiti.

Pour redynamiser cette production, le délégué provincial table sur la réhabilitation des anciennes plantations dans les prochains jours. Il envisage dans cette optique une opération d’envergure sur toute l’étendue de la province, qui sera appuyée par les chefs de secteurs de Mékambo (extrême Nord-est), Booué (Sud-ouest) et Ovan (Centre).

Ce travail consistera notamment à répertorier les plantations existantes et celles abandonnées, ainsi qu’à identifier toutes les personnes désirant se lancer dans la culture du café et du cacao.

Dans le cadre du projet SOCAGAB, parrainé par le ministère de l’Agriculture, une plantation de 6 hectares de café et 10 hectares de cacao avait déjà été créée au village Etakanyabé (à 15 km au Sud-ouest de Makokou). Abandonnée depuis 1995, elle est actuellement réhabilitée par la CAISTAB.

La production du café et du cacao avait atteint son niveau record au Gabon en 1975 avec 17 000 tonnes. Depuis cette date, elle stagne à 300 tonnes par an, selon les statistiques de la direction générale de l’économie.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES