spot_imgspot_img

Début lundi des activités de l’Observatoire de la santé de Mounana

Un Observatoire de la santé, crée en 2007 par la Compagnie minière d’uranium de Franceville (COMUF) qui a exploité l’uranium à Mounana pendant près de quatre décennies, débute ses consultations lundi prochain dans cette localité à 500 km au sud-est de Libreville, a appris jeudi l’AGP.

Environ 1056 anciens salariés de la COMUF sont concernées par cette opération médicale placée sous la supervision du Dr. Angélique Yelessa Kombila qui devrait être assistée par ses confrères Alain Acker du groupe médical AREVA et Othar Zourabichvili de Quanta Médical.

Selon des sources proches de la COMUF, tous les anciens employés de la compagnie directement exposés à l’uranium seront soumis à un examen sanguin et à une radio pulmonaire. Les consultations se dérouleront par vagues successives dont la première aura lieu le lundi 4 et mercredi 6 octobre prochains et concernera les anciens agents de la société nés avant 1930 (plus de 80 ans).

Lundi 11, mercredi 13 et lundi 18 octobre, le tour reviendra aux personnes nées entre 1930 et 1935 (âgés de 75 à 80 ans, alors que le mercredi 20, le lundi 25 et le mercredi 27 octobre prochains seront concernés ceux des employés recrutés entre 1935 et 1940 (70 à 75 ans), ont indiqué les mêmes sources.

Cette première phase des opérations ne concerne que les anciens agents résidant dans la région de Franceville. La deuxième, qui démarre en novembre prochain, devrait s’achever en 2011.

Association créée à Libreville le mois dernier, l’Observatoire de la santé de Mounana regroupe les parties gabonaise, française et les ONG de défense de l’environnement et des droits des anciens ouvriers de la COMUF.

Sa mission consiste à soumettre les anciens employés de la COMUF à des examens médicaux pour savoir s’ils n’ont pas été contaminés ou s’ils ne souffrent pas de maladies liées à une longue exposition à l’uranium, en vue d’une prise en charge immédiate.

Filiale du groupe français AREVA, la COMUF a dû mettre sur pied cette structure, sous la pression des anciens employés, des ONG, dont Sherpa, et de l’Etat gabonais, afin de prendre médicalement en charge ses anciens agents dont certains s’estiment infectés à la suite de leur exposition à l’uranium pendant qu’ils étaient en fonction.

L’exploitation de l’uranium sur le site de Mounana a été arrêtée en juin 1999, faute de réserves économiquement exploitables.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
129FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES