spot_imgspot_img

L’Intersyndicale de l’Ogooué-Maritime dénonce le racisme des employeurs occidentaux au Gabon

L’Intersyndicale de l’Ogooué-Maritime (ouest) a dénoncé, dimanche à Port-Gentil, la capitale économique, le comportement raciste et discriminatoire de près de 99% des employeurs occidentaux au Gabon, à l’occasion de la célébration de la fête du travail, le 1er mai.

‘’Les travailleurs européens ont tout et bénéficie de tout dans notre pays », a déclaré M. John Nicaise Aywegomuwangole, le secrétaire provincial de la Confédération gabonaise des syndicats libres (CGSL) qui fait partie des quatre centrales syndicales membres de l’Intersydicale de l’Ogooué-Maritime, avec la CDSA, la COSYGA (Confédération syndicale gabonaise) et la CSAG.

‘’Avec ou sans diplômes, tous les Blancs qui travaillent au Gabon sont des cadres’’, a souligné M. Aywegomuwango, lisant le manifeste des travailleurs.

« Ils sont vingt fois plus payés que nous, nourris, logés, éclairés ; leurs soins et la scolarité de leurs enfants sont pris en charge par les entreprises alors qu’il n’en est rien pour les Gabonais’’, a -t-il dénoncé, souhaitant que le 1er mai 2011 puisse ouvrir la page d’une nouvelle ère du syndicalisme au Gabon par l’entrée en scène de l’Intersyndicale de l’Ogooué-Maritime.

Selon le secrétaire provincial de la CGSL, l’intersyndicale entend veiller à l’application de toutes les dispositions règlementaires en matière de droit du travail et de droit social en combattant toutes les formes de discrimination, de violations et d’abus.

M. John Nicaise Aywegomuwango a fait observer que ‘’le Gabon, notre pays, bénéficie d’un arsenal de textes de lois qui, malheureusement, ne sont pas pris en compte, soit par défaut de textes d’application, soit par déviation volontaire de ceux-là même qui sont chargés de leur mise en application’’.

‘’la violation flagrante de certaines dispositions du code du travail par bon nombre d’employeurs anarchistes se développe à un rythme croissant et surtout avec récidives, donnant ainsi naissance à une nouvelle forme d’esclavage orchestré par des employeurs esclavagistes qui, le plus souvent, reviennent des pays colonisateurs », a-t-il expliqué.

« Les directeurs des ressources humaines et les chefs de service devenant, à ce titre, chasseurs d’esclaves et contremaîtres’’, a-t-il conclu.

Dans ses recommandations lues par le secrétaire provincial de la Confédération des syndicats autonomes (CDSA), Jean Robert Boudzanga, l’Intersyndicale de l’Ogooué-Maritime réclame, entre autres, l’emploi pour tous, la préférence nationale en matière d’emploi, la formation obligatoire pour les employeurs et la prime de logement obligatoire pour tous.

L’Intersyndicale préconise également la révision de la définition du contrat de travail à durée déterminée (article 23 du Code du travail), estimant que dans sa forme actuelle, il menace gravement la stabilité de l’emploi.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES